Prises de position

Fil des billets - Fil des commentaires

Mardi, 25 octobre 2016

Présidentielle : attendre février serait irresponsable

Le 5 novembre le PCF va tenir une conférence nationale. Celle-ci avait pour but d'arrêter une position quant au candidat que les communistes allaient soutenir. Mais après l'interview de Olivier Dartigolles hier au Talk Orange-Le Figaro, il apparaît que même au cas où une décision serait prise d'ici la fin 2016, elle pourrait être remise en cause : « Si Arnaud Montebourg gagne la primaire socialiste ce sera évidemment quelque chose de nouveau dans la situation politique et comme l'a dit P. Laurent, quand bien même on ferait un choix de candidature nous d'ici la fin de l'année, on maintiendra toujours la possibilité pour le PCF d'aller vers des choses qui permettraient d'aller vers cette candidature commune ». Voir la vidéo :

OK, Olivier Dartigolles ne dit pas texto qu'en cas de victoire de Montebourg à la primaire, le PCF choisirait de le soutenir pour la présidentielle. Mais pas besoin d'être expert en langage PCF pour comprendre que la porte reste ouverte à un tel soutien. Sinon on ne voit pas pourquoi il aurait tenu ces propos.

Lire la suite...

Vendredi, 21 octobre 2016

Mélenchon est-il parti tout seul à la présidentielle ? Ou de l'amnésie collective.

Il est de bon ton dans les rangs du défunt Front de Gauche de se lamenter sur l'auto-proclamation de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, le coup de force que cela aurait été, le fait qu'il serait parti tout seul sans attendre que les autres forces du Front de Gauche prennent position etc … Jacques Fortin parle même de « candidature imposée par une captation de voix et de notoriété qui « appartenaient » politiquement à la coalition « Front de Gauche » d’il y a cinq ans ».

Quelle drôle de caricature

On peut lire aussi les commentaires à diverses notes de blog où des militants communistes accusent Jean-Luc Mélenchon de vouloir imposer son programme et exigent maintenant qu'on reparte de l'Humain d'abord. Mais qui l'a abandonné ? Mélenchon qui le propose comme ouvrage de référence sur son site jlm2017  ? Ou P. Laurent qui a préféré faire un QCM ? L'Avenir en commun, programme de la France Insoumise a vu intervenir de nombreux contributeurs alors qu'en 2012 le programme avait été négocié entre des équipes restreintes du PCF, PG et Fase. Le problème n'est donc pas là. Le contenu ? Pour le moment aucune critique argumentée n'a été publiée, même si on peut se douter que la fermeture de Fessenheim et la sortie du nucléaire peuvent poser problème.

A lire tous ces propos accusateurs, un observateur extérieur à la scène politique française pourrait se demander qui est cet aventurier, comment se fait-il que personne n'ait pu l'arrêter lors de cette annonce, et pourquoi trouve-t-il plus de 142 000 soutiens quand les appels divers à refuser le programme et la démarche de France Insoumise cumulent au mieux 20 000 signataires entre les 3 appels.

Refaisons la chronologie des faits que beaucoup ont tendance à oublier.

Lire la suite...

Mercredi, 17 février 2016

2017 : L'alibi du Programme d'abord

Lorsque la période politique est difficile, les réponses complexes, et que la mobilisation se fait désirer, nous avons tous tendance à tomber dans des discours plus creux et plus ampoulés les uns que les autres et à user sans modération de la langue de bois.

Ainsi en ce moment dans « l'autre gauche », il faut organiser du débat et de préférence un Grand débat sinon cela ne fait pas crédible. Vous avez déjà vu quelqu'un annoncer qu'il va organiser un petit débat ? Ensuite il faut prévoir des réunions, par centaines pour que cela fasse sérieux. Et ouvertes évidemment. Et pour décider quoi ? Pour discuter programme. Il faut débattre du programme en premier nous assène-t-on. Bon, mais dans quel but ? Pour définir un programme pour la présidentielle. Mais la présidentielle, avec qui, a-t-on envie de demander tout de suite ? Halte-là pas d'exclusive, nous répond-on. Le Programme, c'est fondamental.

Lire la suite...

Samedi, 13 février 2016

Relevons le défi de l'écologie pour 2017

2017 France insoumise



Peut-on affirmer constamment qu'il y a urgence pour le climat, la biodiversité, les mers, les forêts .... et ne pas se bouger ?

Le bilan environnemental de F. Hollande comporte non seulement peu d'avancées et en général surtout des intentions non suivies d'actes concrets mais inclue aussi beaucoup de régressions elles très précises. Une fois de plus les intérêts économiques auront pris le dessus. Le meilleur exemple en est les cars Macron tout comme les lobbies du BTP avec l'exemple de Notre-Dame des Landes.

Lire la suite...

Vendredi, 20 novembre 2015

État d'urgence : derrière la prolongation, des modifications législatives profondes

Paris a été frappé le vendredi 13 novembre par des attentats sanglants faisant 130 victimes et 350 blessés. Il est vite apparu que ces terribles actions avaient été coordonnées et étaient l’œuvre de plusieurs commandos de Daesh dont tous les participants n'étaient pas morts lors de ces attaques.

La déclaration du Parti de Gauche

La nécessité d'agir très vite pouvait donc justifier la déclaration de l'état d'urgence. Celui-ci est régi par la loi du 3 avril 1955 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350 contrairement à l'article 16 ou l'état de siège (art 36) qui sont eux inscrits dans la constitution de 1958.http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/constitution.asp

Il peut donc être déclaré pour 12 jours par décret en conseil des ministres. et concerner l'ensemble du territoire national ou une partie. Sa prolongation au delà des 12 jours nécessite une loi votée par le parlement fixant la nouvelle durée. Le vote de la loi de prolongation va donc maintenir l'état d'urgence jusqu'au 26 février 2016, sauf décision du gouvernement de l'interrompre avant, dans ce cas par décret, ou au contraire de demander une nouvelle prolongation.

Lire la suite...

page 1 de 27

Générateur de miniatures