Lundi, 13 novembre 2017

Pédocriminel acquitté : tou.te.s place Vendôme pour manifester !

MARDI 14 NOVEMBRE 18H30 DEVANT LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE

Le violeur d'une enfant de 11 ans a été acquitté aux Assises de Seine et Marne le 7 novembre dernier. Selon la cour, il n'y avait ni « menace, ni contrainte, ni surprise, ni violence », éléments constitutifs du viol d'après la loi. Encore une fois, on présume qu’un.e enfant peut consentir à 11 ans.

C'est dans la loi, nous- objecte-t-on. Et alors ? LA LOI DOIT CHANGER !

Sans oublier que d'autres lois ne sont pas appliquées : très peu d'ordonnances de protection de victimes sont délivrées ; 1% des violeurs sont condamnés ; le viol, un crime qui devrait être jugé en cour d' Assises, est jugé en correctionnelle, entre un vol de portable et un délit d’escroquerie.

CELA AUSSI DOIT CHANGER !

LA JUSTICE DOIT ÊTRE AU SERVICE DES VICTIMES ET DE LA SOCIÉTÉ ET NON AU SERVICE DU MAINTIEN DE PRIVILÈGES PATRIARCAUX .

https://www.facebook.com/events/809359699270592/

Mardi, 7 mars 2017

8 mars : journée internationale des droits des femmes

POUR PARIS : PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

de 15H à 15h30 : ateliers : autour des revendications, self-défense (non mixte)

15h40- 17h30 : RASSEMBLEMENT, TÉMOIGNAGES, PRISES DE PAROLES, ANIMATIONS

17H30 : ON PART EN MANIFESTATION : RÉPUBLIQUE JUSQU’À OPÉRA

A l'occasion du 8 mars, discours de Jean-Luc Mélenchon sur les droits des femmes à suivre en vidéo :

Mercredi, 13 avril 2016

Au revoir Maya, hasta siempre camarade

12.05.05-plainte_contre_le_CC.jpg

Maya Surduts nous a quittés aujourd'hui. Je la connaissais depuis son retour en France et son arrivée au groupe Révolution ! en 1972.

Maya faisait partie dans les années 70 de ce qu'on appelé à l'époque le courant lutte de classes du mouvement des femmes, notamment autour du journal "Femmes en Lutte" édité par Révolution ! puis l'OCT.

Elle devint une des grandes figures de la lutte pour les droits des femmes.

D'abord la lutte pour le droit à la contraception et à l'IVG qu'elle mènera avec le MLAC puis plus tard la CADAC.

Puis la lutte contre les violences faites aux femmes à partir de 2004. C'est grâce à la mobilisation lancée par le CNDF (Collectif national des droits des femmes) dont Maya était un pilier, et notamment à la pétition exigeant qu'une loi cadre soit inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée, qu'une loi contre les violences faites aux femmes verra le jour et sera adoptée en juillet 2010 par le parlement.

Maya

J'ai beaucoup de respect pour elle car dans les moments de reflux elle n'a jamais baissé les bras. Si une permanence du mouvement de femmes s'est maintenue en France pendant toutes ces années, on le doit beaucoup à Maya. Toujours vaillante, sur la brèche, prête à nous houspiller lorsqu'elle trouvait qu'on était pas assez à l'offensive. Pour cela je lui ai toujours pardonné ces "coups de gueule". C'était une femme libre et totalement désintéressée.

Maya est surtout connue comme figure féministe mais elle était aussi une défenseuse de la laïcité, convaincue que c'était la seule façon de garantir les droits des femmes.

Ces dernières années, lors de nos repas réguliers dans un restaurant où elle adorait manger du tajine, elle me disait souvent son angoisse face à la montée des forces d'extrême-droite dans divers pays d'Europe. Marquée par son enfance pendant la guerre et le nazisme, elle désespérait de voir que nous n'arrivions pas à construire en France une force capable de résister à la montée du FN et aux obscurantismes religieux dont les premières victimes sont toujours les femmes.

C'est douloureux d'imaginer que demain elle ne sera plus là pour continuer à nous secouer. Au delà de perdre une camarade de lutte, je perds aujourd'hui une amie.

PS : Il n'est pas facile de trouver des photos de Maya car elle n'aimait pas trop être prise en photo. Celle-ci a été prise lors du dépôt de plainte contre le Conseil Constitutionnel pour son abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel en mai 2005.

Samedi, 5 mai 2012

Plainte contre le Conseil constitutionnel !

Hier, la nouvelle de l'abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel nous avait fait bondir. L'appel à rassemblement lancé à 17 heures a pu recueillir rapidement de nombreuses signatures et ce matin, nous étions plusieurs centaines place Colette, à proximité du Conseil constitutionnel, pour protester contre cette décision prise de manière irresponsable alors qu'aucun texte de loi amélioré n'était sur le point d'être voté en remplacement de celui pris en défaut. Car si la loi présentait des faiblesses, et notamment un flou exploité au détriment des victimes, le vide juridique qui résulte de son abrogation brutale, en pleine période de suspension des travaux du Parlement, met en danger les victimes de harcèlement sexuel.

Aussi, ce matin, la colère et la détermination étaient grandes. L'idée a surgi d'aller porter plainte au commissariat du 1er, contre le Conseil constitutionnel, pour mise en danger d'autrui et trouble à l'ordre public ! Un cortège très combattif est donc parti du lieu du rassemblement à la place du Marché Saint Honoré, où se trouve le commissariat. En tant que députée de la circonscription, j'ai pu entrer avec une délégation. Nous posions une colle aux policiers qui nous ont reçues. Une plainte contre le Conseil constitutionnel, cela ne s'était jamais fait ! Il fallait donc consulter le Parquet, ce qui a pris beaucoup de temps ! J'imagine l'affolement en haut lieu : refuser allait apparaître comme un degré de mépris de plus. Accepter créait un précédent. Finalement, le procureur de la République, consulté, a admis le dépôt de la plainte auprès du Parquet. Une première, mais pas la dernière de nos actions pour rétablir au plus vite une protection juridique digne de ce nom pour les victimes de harcèlement sexuel ! Pour cela il faut que dès l'ouverture de la session parlementaire extraordinaire en juillet, le gouvernement dépose un projet de loi et utilise pour une fois à juste titre la procédure d'urgence.

Ce dépôt de plainte valait bien une photo souvenir...

12.05.05-plainte_contre_le_CC.jpg

Vous pourrez retrouver le compte-rendu du rassemblement par la Marche Mondiale des Femmes en cliquant sur ce lien.

Ajout du 6 mai, 15h

Vous pouvez signer la pétition sur ce site.

Vendredi, 4 mai 2012

Abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel = l'impunité pour plusieurs mois

Le Conseil constitutionnel vient de prendre une décision lourde de conséquences pour les femmes.

Voici le communiqué que Delphine Beauvois, Secrétaire nationale du Parti de Gauche en charge de l'égalité femmes-hommes, et moi-même venons d'envoyer à la presse.


Abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel = l'impunité pour plusieurs mois

Le Conseil constitutionnel, suite à une question prioritaire de constitutionnalité déposée au nom d'un élu et ancien ministre poursuivi pour harcèlement contre trois femmes, vient d'abroger la loi contre le harcèlement sexuel. Pour la première fois dans l'histoire des avancées des droits des femmes, une loi est abrogée et ce vingt ans après avoir été votée. Cette abrogation entraîne l'annulation de toutes les poursuites en cours !

Certes la loi était insuffisante et se retournait parfois contre les femmes accusées de dénonciation calomnieuse. Mais au lieu de l'améliorer, vingt ans de luttes pour faire reculer l'impunité dont profitent des hommes agresseurs, souvent en position de pouvoir que ce soit économique, politique ou autre, sont effacés d'un coup au détriment des femmes. Pourtant le Conseil Constitutionnel sait qu'une nouvelle loi ne pourra pas être votée dans les semaines qui viennent. Les femmes vont donc rester des mois sans protection.

C'est irresponsable et un signe de mépris envers les femmes victimes de harcèlement.

Une nouvelle loi devra donc être votée en urgence dès l'été. Les députés du Front de Gauche s'y engagent.

Ajout à 17h43

Les associations féministes appellent à un rassemblement demain matin, samedi 5 mai, à 11h, place Colette dans le 1er arrondissement (à proximité du Conseil constitutionnel) pour réclamer une nouvelle loi au plus vite. Vous pourrez télécharger l'appel en cliquant sur ce lien. J'en suis cosignataire, ainsi que le PG.

page 1 de 7

Générateur de miniatures