Vendredi, 11 juillet 2014

8 et 9 juillet : Entre surprises et haut-le-coeur


Ces derniers jours ont été riches en rebondissements politiques dont certains surprenants et d'autres sinistres.

En début de semaine, le vote sur le collectif budgétaire de la sécurité sociale voyait cette fois-ci 35 députés PS s'abstenir, ainsi que 13 députés EELV et 1 députée apparentée EELV voter contre. On ne peut que regretter qu'ils n'aient pas tous voté contre ce qui aurait provoqué le rejet de ce budget qui prévoit entre autres le gel de plusieurs prestations sociales. C'est un petit pas par rapport à l'approbation du collectif budgétaire de la semaine précédente. Mais lorsqu'on voit que ce soir sénateurs PS et EELV ont tous adopté la loi qui organise l'ouverture du transport de voyageurs au secteur privé, on se dit que cette opposition est bien timide et surtout pas à la hauteur des enjeux .

Le problème n'est pas d'attendre le prochain congrès du PS pour y prendre la majorité, ce qui est fort honorable bien que je doute totalement du fait que le PS redevienne un parti de gauche. Je crois que l'évolution au centre, comme tous les autres partis de la social-démocratie européenne, est maintenant bien ancrée.

Il est urgent de répondre aux attentes de toutes celles et ceux qui n'en peuvent plus dans ce pays. Pour les plus riches, pas de problème, tout va bien pour eux, les 500 les plus fortunés ont vu leur patrimoine progresser de 15% sur un an et 67 d’entre eux ont un patrimoine qui dépasse le milliard d'euros. Cela ne les empêche pas de se plaindre constamment qu'ils sont étranglés par les impôts !

Au sénat, les parlementaires du PCF ont voté contre les collectifs budgétaires et la loi ferroviaire comme les députés l'avaient fait avant eux.

Aussi,quelle n'est pas ma surprise de trouver le communiqué ci-dessous du PCF
__

Lire la suite...

Vendredi, 4 juillet 2014

Meeting de Rennes lors des européennes

Le 22 mai s'est tenu le dernier grand meeting de campagne de notre liste Front de Gauche dans la circonscription Ouest, liste conduite par Myriam Martin. Voici mon intervention dans ce meeting - si les résultats n'ont pas été à la hauteur de nos espérances, les contenus que nous défendons sont plus que jamais d'actualité.





Vendredi, 3 janvier 2014

Renforcer un Front de Gauche autonome tout au long de 2014

A la demande de l'Humanité Dimanche, ci-dessous le texte que j'ai écrit sur les défis de 2014 et qui est paru le 2 janvier 2014. Ce texte n'épuise évidemment pas la question mais était contraint par la taille demandée. Outre les défis indiqués dans cet article, il y en a bien d'autres comme la mobilisation contre la TVA, contre le Grand Marché Transatlantique, contre la poursuite de l'extension du travail du dimanche (j'y reviendrai), en solidarité avec les travailleurs en lutte contre les licenciements et les fermetures d'entreprises sans oublier les 5 de Roanne contre lesquels s'acharnent la justice et la manifestation à Nantes le 22 février contre la construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes que ce gouvernement s'obstine à vouloir construire.

Lire la suite...

Vendredi, 27 décembre 2013

Le Front de Gauche : une ligne d'autonomie pour construire une alternative à gauche

Ces derniers jours les questions fusent de toute part : le Parti de Gauche veut-il rompre avec le Front de Gauche ? Il est pour le moins paradoxal que nous soyons interpellés sur ce sujet alors que dès l’origine nous nous sommes battus pour l’autonomie du FdG au premier tour des municipales.

Redonner espoir à toutes celles et ceux qui veulent une alternative à gauche, à ceux qui rejettent les politiques menées par ce gouvernement et se détournent de la politique, voilà l’objectif que nous poursuivons dans chaque élection. Ainsi le FdG a-t-il présenté des listes aux européennes de 2009, dans la grande majorité des régions aux régionales, des candidats aux cantonales, aux législatives et bien évidemment Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. C’est cette autonomie qui a permis qu’à côté de la soumission au libéralisme, existe une ligne forte de transformation écologique et sociale. C’est cette affirmation d’une stratégie constante d’autonomie liée à un soutien sans faille aux luttes sociales, environnementales et pour l’égalité des droits qui a permis de reconstruire de la confiance et d’entraîner 4 millions d’électeurs à la présidentielle. Lorsque le FdG a dénoncé le ralliement de François Hollande au diktat des politiques d’austérité, il en a unanimement tiré les conséquences en refusant d’aller au gouvernement.

C’est cette cohérence entre le discours politique et les actes qui est fondamentale pour rester crédible. C’est ainsi qu’on évitera la montée continue de l’abstention et du vote FN. Se ranger derrière le PS peut apparaître moins risqué pour avoir des élus à court terme, et encore, mais sur le moyen et long terme cela crée une situation de dépendance. Le PS l’a si bien compris que dans nombre de villes, il réduit déjà le nombre de places jugées éligibles qu’il propose aux communistes qui font ce choix. Oui, il y a des villes significatives dans ces municipales, comme le dit Luc Carvounas, sénateur-maire d’Alfortville et responsable des élections pour le PS : «Que les communistes acceptent de soutenir le maire sortant, qui est un proche de Manuel Valls, c’est un symbole». De même que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, ait joué de tout son poids pour que les communistes de Paris votent pour aller sur la liste du PS à Paris, n’est pas anodin. Nous regrettons ces décisions et espérons qu’au final il y ait plus de listes du Front de Gauche avec le PCF que de villes où il choisira de se ranger derrière le PS. Nous ne pouvons pas faire comme si tout cela n’existait pas car on ne peut pas changer de stratégie selon les élections et se plaindre ensuite que les électeurs ne nous suivent pas.

Des sections du PCF ont fait le choix du FdG dans plusieurs villes comme à Marseille, Lyon, Tarbes, Pau, Nice, Strasbourg, Lille, etc. Nous nous en réjouissons et sommes partie prenante de ces listes avec tous nos partenaires. Nous sommes bien sûr conscients des tensions et crispations que ces divergences engendrent. Des milliers de citoyens sont attachés à l’existence du Front de Gauche, ancré dans la réalité politique de notre pays et qui puisse constituer un pôle de résistance face à la déferlante libérale. Nous sommes convaincus que les élections qui viennent démontreront que l’autonomie est la seule démarche possible pour un Front de Gauche qui continue à ne rien lâcher face à la droite, l’extrême-droite et le social-libéralisme.

Mercredi, 10 avril 2013

Le 5 mai on marche pour la 6ème République

Après cet appel, la machine à déconsidérer s'est instantanément mise en marche, PS et UMP, tous ensemble pour taper sur cette proposition de marche pour la 6ème république. Visiblement cet appel fait très peur pour qu'immédiatement tous les relais possibles et imaginables soient mobilisés pour essayer de casser la mobilisation. Pendant que le PS consacre beaucoup d'énergie à expliquer qu'il s'agit de la faillite d'un seul homme et non pas d'un système, Libération leur porte-voix attitré, attise le feu avec son numéro mettant en cause Laurent Fabius et le Monde distille jour après jour des noms de personnes pouvant avoir des comptes à l'étrange.. Et après ils nous accusent de céder aux sirènes du populisme !

Lire la suite...

page 1 de 2

Générateur de miniatures