Mardi, 4 décembre 2018

Le moratoire est une embrouille


Le premier ministre a donc annoncé ce matin un moratoire de 6 mois sur plusieurs décisions.

On peut déjà remarquer que la première conséquence est de repousser les décisions juste après les élections européennes qui auront lieu le 26 mai. C'est vraiment prendre les électeurs pour des abrutis.

Regardons plus précisément certaines de ces mesures :

  • gel des prix sur l'électricité et le gaz : là c'est l'embrouille totale. Précisons déjà que cela ne peut concerner que les tarifs réglementés donc ceux d'EDF pour l'électricité et Engie pour le gaz. Or lorsqu'un gouvernement précédent a voulu en faire de même, il a été confronté à un recours des opérateurs alternatifs d'électricité et a perdu. Ce sont les décisions 383 722 et 386 078 du Conseil d'Etat qui ont annulé le gel décidé à l'époque. En conséquence les consommateurs ont dû payer un rappel sur leur facture pour les années 2012-2013 et 2014-2015.

Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, si une société privée de gaz ou électricité introduit un recours il est vraisemblable que le résultat sera le même. Les français seront donc condamnés au rattrapage sur leurs factures.

Le Conseil d'Etat considère que les prix régulés ne sont pas conformes au droit européen. Encore une fois les traités européens avec leur concurrence libre et non faussée imposent des politiques antisociales aux pays de l'Union européenne.

  • suspension de l'augmentation de la nouvelle hausse de taxes sur les carburants prévue en janvier pour un coût d'environ 1,4 milliards d'euros (il était prévu que cette hausse rapporte 2,8 milliards par an)

Mais comment le gouvernement compte-t-il compenser cette perte de recettes ?

- Pas en rétablissant l'ISF, malgré les demandes répétées des gilets jaunes.

- Pas en transférant les 40 milliards d'exonérations de cotisations patronales prévues au budget 2019 par transformation du CICE vers la transition écologique, pourtant plus qu'urgente.

- Mais en baissant encore plus les dépenses publiques

- En annonçant qu'il fallait respecter les engagements pris à Bruxelles.

En résumé le gouvernement s'accroche aux politiques austéritaires de Bruxelles et essaie de tromper les français en reportant les hausses mais en annonçant déjà un recul des services publics alors que justement la révolte des gilets jaunes porte à la fois sur le pouvoir d'achat et sur la fermeture des services publics.

Mercredi, 15 novembre 2017

Comment les ordonnances travail vont changer la vie de millions de gens

Cela concerne directement 18 millions de salarié.e .s du secteur privé mais avec les familles bien plus de citoyens sans compter que tout recul dans un secteur se propage vite aux autres secteurs dont le secteur public par un matraquage idéologique opposant les fonctionnaires soit-disant « privilégiés » et le reste des salarié.e.s

Objectif annoncé par le gouvernement sous un nom trompeur : Renforcer le dialogue social

Le Code du travail serait trop gros 3000 pages en réalité 675 p le reste est de la jurisprudence (Code des assurances 2092)

Il faudrait une baisse des coûts et des charges pesant sur les entreprises

Cela passerait par plus de liberté, d'égalité, de sécurité selon le site du ministère du travail

Que va-t-il en réalité se passer ?

Une baisse des protections et un accroissement de la précarité alors que la France est championne d’Europe des dividendes versés aux actionnaires : 35 milliards ont ainsi été distribués par les grandes entreprises au deuxième trimestre 2016, soit une hausse de 11 % en un an et que selon l'OCDE les mesures fiscales vont profiter aux 10% les plus riches.

Avec l'ubérisation il s'agit de la poursuite d'une individualisation des rapports sociaux. Il ne faut pas oublier que certains au Medef voudraient la suppression d'un droit spécifique du travail et faire relever les contrats de travail du droit courant des contrats présent dans le code civil.

Les mesures qu'on retrouve viennent des 44 propositions du Medef parues en 2004 issues du rapport Virville à l'époque DRH Renault sur la modernisation du droit du travail. Beaucoup ont été mises en œuvre sous Chirac, Sarkozy puis Hollande. Ces ordonnances viennent répondre aux exigences non encore satisfaites.

Lire la suite...

Jeudi, 14 janvier 2016

Relaxe pour les 8 de Goodyear

Goodyear

Huit ex-salariés de Goodyear ont été condamnés mardi à neuf mois de prison ferme pour la séquestration en 2014 de deux cadres dirigeants.

La répression syndicale atteint un niveau rarement égalé !

Les salariés défendaient pourtant simplement leur emploi et leur droit de vivre correctement.

Le Parti de gauche soutient la pétition lancée pour l’arrêt des poursuites, et contre le silence du gouvernement. Valls et Hollande condamnent ouvertement les luttes sociales, nous les défendons !

Pour tous ceux qui entendent bousculer le système et le tripartisme pour 2017, s’il y a un appel à signer en ce début d’année c’est celui en solidarité avec les huit de Goodyear. Plus de 45 000 déjà à l'heure où je poste ce billet.

https://www.change.org/p/françois-hollande-l-appel-des-goodyear?recruiter=461158802

Jeudi, 29 octobre 2015

Main basse du gouvernement sur les ressources des personnes en situation de handicap : Stop à l'indécence !

Pétition adressée à Premier Ministre Mr Manuel Valls par l'Association des Paralysés de France

Vivre sous le seuil de pauvreté : une situation inadmissible que vivent des millions de citoyens. Et une double peine quand, en plus, on est en situation de handicap ou atteint de maladie invalidante.

Et pourtant, aujourd’hui, suite à une décision du gouvernement, plus de 200 000 personnes en situation de handicap vivant dans cette précarité risquent de perdre de 105 à 179 euros par mois !

Pour une poignée d’euros issus des intérêts sur livret (maximum 205 euros par an), le gouvernement est-il prêt à sacrifier des centaines de milliers de personnes en situation de handicap parmi les plus vulnérables ?

Deux mesures prévues au projet de loi de finances (PLF) pour 2016, si elles sont votées, vont venir aggraver considérablement les conditions de vie déjà précaires de plusieurs centaines de milliers de citoyens en situation de handicap.

Le gouvernement a en effet inscrit la prise en compte des intérêts des livrets non soumis à l’imposition (livret A, livrets d’épargne populaire, livret jeune, PEL, CEL…) dans le calcul des ressources des bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH).

Lire la suite...

Samedi, 30 août 2014

Travail du dimanche :pire que la droite

Le gouvernement de Manuel Valls s’apprête à légiférer par ordonnance sur le travail du dimanche.

Même Nicolas Sarkozy n’avait pas osé.

Mais le gouvernement Valls II n’est plus sûr d’avoir une majorité au Parlement pour faire adopter ses mauvais coups. Visiblement le cours libéral de Hollande ne supporte même plus l’existence du Parlement. Mais le retour devant des électeurs qui n’ont jamais voté pour de telles orientations politiques étant trop dangereux, il préfère dissoudre la démocratie à coup d’ordonnances et pourquoi pas demain de 49-3.

Un pouvoir qui ne tient plus que par de tels artifices constitutionnels est un pouvoir qui a perdu sa légitimité. Sa durée de vie est maintenant comptée.

Le 6 octobre 2013 j'adressais une lettre ouverte à Alain Vidalies, déjà sur la première modification législative étendant les obligations de travail du dimanche sous la présidence de Hollande.

Il n'y a pas un mot à changer : http://www.martine-billard.fr/post/2013/10/06/Lettre-ouverte-%C3%A0-Alain-Vidalies-%C3%A0-propos-du-travail-du-dimanche

Aujourd'hui j'ai la tristesse de voir que Alain Vidalies a accepté d'appartenir à ce gouvernement Valls II et tout cela pour cautionner une nouvelle dégradation sur ce sujet du travail du dimanche.

page 1 de 28

Générateur de miniatures