Vendredi, 30 septembre 2016

Flamanville 1 er octobre : il est urgent de tourner la page du fiasco du nucléaire

Stop a Flamanville

Golfech, Cattenom, Gravelines, Fessenheim, les incidents dans les centrales nucléaires se sont multipliées tout au long du mois de septembre. Les dernières expertises pratiquées sur le parc nucléaire français indiquent que 32 réacteurs sur 58 seraient défectueux. Vingt anomalies ont été identifiées sur des équipements destinés au réacteur de l'EPR de Flamanville en construction selon l'Autorité de sûreté nucléaire.

Malgré cette situation le gouvernement et EDF s'obstinent à vouloir prolonger la durée de fonctionnement des centrales nucléaires et à construire l'EPR y compris au risque de provoquer la faillite d'EDF avec le projet d'Hinkley Point.

Ça suffit, il est plus que temps d'arrêter cette folie ! Il faut organiser la sortie planifiée du nucléaire en arrêtant immédiatement le chantier de Flamanville et en commençant par fermer les réacteurs nucléaires les plus anciens. Au lieu de dépenser des milliards pour rafistoler des vieilles centrales mieux vaut les investir massivement dans la bifurcation énergétique de la sobriété et des énergies renouvelables.

Le Parti de Gauche sera présent au rassemblement à l'appel du Collectif Anti-Nucléaire Ouest ce samedi 1er octobre à Flamanville avec notamment Martine Billard, secrétaire nationale à l'écologie, Jean-Charles Lallemand secrétaire général et Karine Gualbert membre du secrétariat national.

Pas d'économie sur la démocratie : le matériel électoral doit continuer à être envoyé aux électeurs

Le gouvernement veut supprimer l'envoi par courrier aux électeurs, des professions de foi et des bulletins de vote des candidats aux élections législatives. C'est prévu dans le projet de budget soumis au parlement dans les semaines qui viennent (Texte de l'article 52 du projet de budget ). La même décision va être prise par décret pour la présidentielle.

Carte electorale

La seule justification consiste à vouloir faire des économies sur le dos de la démocratie en utilisant comme d'habitude la novlangue : "moderniser". Lorsque ce mot apparaît, on peut être sûre qu'un mauvais coup se prépare. Et pour essayer de faire passer la pilule, on cherche évidemment à nous rassurer : des "garanties renforcées", une "campagne médiatique renforcée".

Extrait de l'exposé des motifs de cet article de loi :

Compte tenu des coûts économiques et environnementaux de la diffusion de la propagande électorale à l’ensemble des électeurs, le Gouvernement propose de moderniser les modalités d’envoi de la propagande électorale aux électeurs. ... La mesure proposée s’accompagne de garanties renforcées, conformes aux nécessités de la protection des droits et de l’information des électeurs, au travers de la mise en ligne sur un site internet public des circulaires et des bulletins de vote des candidats, de la mise à disposition pour consultation, dans chaque mairie et, le cas échéant dans chaque préfecture et sous-préfecture, d’une circulaire de chaque candidat et d’une campagne médiatique renforcée répondant à la nécessité d’informer les électeurs de ces modifications.


La réalité est bien différente.

Selon des études, un quart des électeurs n'ont pour seule information électorale que ce matériel reçu à domicile, qui de plus permet de comparer les propositions des divers candidats afin de choisir en connaissance de cause, notamment pour le tiers d'électeurs qui ne se reconnaissent plus dans le clivage gauche-droite.

Un quart des Français n'ont pas d'accès internet à domicile, notamment dans les milieux à faible revenu et chez les personnes âgées. Pour les autres, encore faudra-t-il trouver l'information officielle indiquant les sites internet où ce matériel pourra être consulté. Mais même dans ce cas la lecture sur écran est bien moins confortable que du papier imprimé.

En 2012, le taux d’abstention a atteint jusqu'à 59% dans certaines communes populaires. Le rejet de la politique et son corollaire la perte de confiance dans l'utilité des élections n'ont fait qu'augmenter depuis.

Une telle mesure de restriction de l'information électorale aura comme effet d'augmenter encore plus le taux d'abstention, d'instaurer de fait un suffrage censitaire au détriment des électeurs des classes populaires et de pénaliser les candidats extérieurs au système PS-LR-FN.

Manuel Valls avait déjà essayé d'imposer cette régression anti-démocratique en 2013 pour les européennes. Il avait dû reculer devant le tollé à l'annonce de cette mesure On peut de nouveau le faire reculer.

- Parce que l'argument qui l'avait amené à reculer est toujours toujours valable : "il est nécessaire que chacun de nos concitoyens, où qu'ils habitent, quels qu'ils soient, puissent avoir le même niveau d'information à l'égard d'un scrutin électoral".

- Parce qu'il n'est pas possible de passer son temps à se lamenter sur le désintérêt des Français pour la politique et sur le risque d'une faible participation aux scrutins de 2017 pour ensuite mettre en place un dispositif qui vise de fait à exclure encore plus les électeurs les plus éloignés de la politique.

- Parce si le matériel n'est plus envoyé à domicile, nombre d'électeurs risquent de ne pas apprendre à temps les dates des élections législatives pour s'organiser pour aller voter.

La démocratie n'est ni un luxe ni une valeur réservée à ceux qui ont les moyens.

Alors signer et faites signer massivement la pétition qui exige le maintien de l'envoi du matériel électoral par courrier pour garantir l'égalité d'accès à l'information de tous les électeurs.

Lundi, 20 juin 2016

Notre-Dame des Landes : on a tous une bonne raison de voter non

NDDL raison de dire non

M. Valls cherche à imposer à tout prix le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes. Comme, malgré la répression, il n'a pas réussi à décourager la mobilisation contre cet équipement inutile et nocif pour le climat et la biodivsersité, il veut l'imposer par une consultation le 26 juin. Pour cela il a dû modifier en urgence la réglementation et a décidé de limiter l'expression des électeurs à ceux du département de la Loire-Atlantique alors que depuis le début les plus fervents défenseurs de cet aéroport expliquent que c'est un projet pour tout le grand ouest quand ce n'est pas national.

Aucun moyen n'a été attribué pour la campagne précédant le vote ce qui introduit une inégalité totale entre ceux qui ont les moyens institutionnels comme les mairies pro aéroport ou les moyens financiers et les opposants qui n'ont que les moyens militants.

Pourtant l'Acipa a largement démontré l'ineptie de tout cela

Pour suivre la consultation vous pouvez consulter le site :

Le PG depuis le début participe localement à la lutte et a apporté nationalement son soutien.

C'est ainsi que Danielle Simonnet et moi-même seront présentes mercredi à la conférence de presse à La Vache Rit.

Jean-Luc Mélenchon de son côté affirme son soutien par l'intermédiaire d'une vidéo :

Mercredi, 15 juin 2016

Quelle transition écologique faut-il engager pour garantir l’indépendance énergétique ?

C'est la question à laquelle j'ai répondu dans l'Humanité du mardi 7 juin :

Tout ne pouvait être abordé ou développé car comme pour tout article de presse le nombre de caractères était contraint.

Lire la suite...

Jeudi, 2 juin 2016

Dimanche 5 juin : rassemblement à Bure NON au projet Cigéo


100 000 pas à Bure

Alors que la loi Bataille de 2006 sur l’enfouissement des déchets nucléaires a prévu une phase d’expérimentation avant toute décision, une proposition de loi adoptée au sénat avec le soutien enthousiaste du gouvernement cherche à court-circuiter cette étape. Elle prévoit en effet le démarrage de l’enfouissement en supprimant la phase d’expérimentation.
Non à Bure

Le coût de ce projet Cigéo d’enfouissement ne finit pas de s’alourdir, estimé maintenant à 35 milliards par l’ANDRA avec les risques que cela fait peser sur EDF. L’obligation de réversibilité du stockage qui devait être garantie, sera abandonnée si la loi votée au Sénat est définitivement adoptée par l’assemblée.

Le rassemblement du 5 juin « 200 000 pas à Bure » contre ce projet Cigéo prend donc d’autant plus d’importance. Le Parti de Gauche sera présent et Jean-Luc Mélenchon y sera représenté par Martine Billard, secrétaire nationale à l’écologie du Parti de Gauche.

page 1 de 170

Générateur de miniatures