Vendredi, 11 juillet 2014

8 et 9 juillet : Entre surprises et haut-le-coeur


Ces derniers jours ont été riches en rebondissements politiques dont certains surprenants et d'autres sinistres.

En début de semaine, le vote sur le collectif budgétaire de la sécurité sociale voyait cette fois-ci 35 députés PS s'abstenir, ainsi que 13 députés EELV et 1 députée apparentée EELV voter contre. On ne peut que regretter qu'ils n'aient pas tous voté contre ce qui aurait provoqué le rejet de ce budget qui prévoit entre autres le gel de plusieurs prestations sociales. C'est un petit pas par rapport à l'approbation du collectif budgétaire de la semaine précédente. Mais lorsqu'on voit que ce soir sénateurs PS et EELV ont tous adopté la loi qui organise l'ouverture du transport de voyageurs au secteur privé, on se dit que cette opposition est bien timide et surtout pas à la hauteur des enjeux .

Le problème n'est pas d'attendre le prochain congrès du PS pour y prendre la majorité, ce qui est fort honorable bien que je doute totalement du fait que le PS redevienne un parti de gauche. Je crois que l'évolution au centre, comme tous les autres partis de la social-démocratie européenne, est maintenant bien ancrée.

Il est urgent de répondre aux attentes de toutes celles et ceux qui n'en peuvent plus dans ce pays. Pour les plus riches, pas de problème, tout va bien pour eux, les 500 les plus fortunés ont vu leur patrimoine progresser de 15% sur un an et 67 d’entre eux ont un patrimoine qui dépasse le milliard d'euros. Cela ne les empêche pas de se plaindre constamment qu'ils sont étranglés par les impôts !

Au sénat, les parlementaires du PCF ont voté contre les collectifs budgétaires et la loi ferroviaire comme les députés l'avaient fait avant eux.

Aussi,quelle n'est pas ma surprise de trouver le communiqué ci-dessous du PCF
__

Lire la suite...

Mardi, 8 juillet 2014

Rassemblement de Notre Dame des Landes ce week-end

La faute à pas de chance : nous avons passé beaucoup de temps sous une pluie forte et dans la boue alors que la veille et le lendemain, le soleil rayonnait.

Malgré cela, des milliers de personnes étaient présentes, venues de toute la France et parfois même de plus loin, et aussi de tous âges. Beaucoup d'assiduité dans les débats qui ont rassemblé à chaque fois des chapiteaux pleins. Il faut souligner par ailleurs la qualité de l'organisation car c'est toujours un défi de recevoir autant de monde concentré en un temps si court. Or tout s'est passé dans la bonne humeur, et ce malgré la pluie, avec des dizaines de bénévoles qui devaient endurer le déluge avec stoïcisme pour remplir certaines tâches. Donc un grand merci à elles et à eux.

Cette année j'avais décidé d'aller passer la nuit de samedi à dimanche au camping local dans une roulotte avec 2 autres copines. Super idée s'il avait fait beau. Moins évident quand il pleut toute la nuit et que la pluie résonne de façon continue sur le toit ! Le repos fut donc de piètre qualité.

Meeting politique NDDL 2014

Le dimanche matin, j'intervenais dans le meeting politique dont le thème était « Un grand projet inutile et imposé, quels projets utiles pour l'Humanité »

(photo tweetée par DGôche)

Lire la suite...

Vendredi, 4 juillet 2014

Meeting de Rennes lors des européennes

Le 22 mai s'est tenu le dernier grand meeting de campagne de notre liste Front de Gauche dans la circonscription Ouest, liste conduite par Myriam Martin. Voici mon intervention dans ce meeting - si les résultats n'ont pas été à la hauteur de nos espérances, les contenus que nous défendons sont plus que jamais d'actualité.





Vendredi, 27 juin 2014

Loi ferroviaire, collectif budgétaire et autonomie des groupes parlementaires

En France et encore plus à gauche, il est de bon ton de rappeler qu'il n'y a pas de mandat impératif et que donc les parlementaires n'ont pas à dépendre de leur parti pour leurs votes au parlement. Il est indéniable que la Constitution rejette le mandat impératif. C'est positif car en cas d''évolution du parti auquel un député ou sénateur appartient contraire aux valeurs défendues au départ, il est sain de pouvoir voter différemment des consignes données.

En même temps, il est bien évident que les députés ne sont pas élus sur leur bonne bouille mais bien en quasi totalité parce qu'ils ont été présentés ou soutenus par un parti.

On peut donc espérer qu'il y ait un travail collectif entre le parti d'origine et le groupe parlementaire.

Si je pose ce débat aujourd'hui, c'est suite à la loi sur la réforme ferroviaire.

Lire la suite...

Samedi, 21 juin 2014

L’Argentine refuse de céder aux fonds vautours et elle a raison

En 2001, ce pays fait faillite et la seule option pour les créanciers privés est d’accepter une négociation avec abandon de 70 % du montant de la dette.

Mais des fonds spéculatifs, représentant 7 % des créanciers, ont refusé cette décote.

Cependant ceux qui finalement vont attaquer en justice ne sont pas ceux qui avaient prêté à l’Argentine. Le principal est le fonds Elliott, fondé par le milliardaire américain Paul Singer, et qui a pour spécialité la spéculation sur le rachat de titres de dette, notamment de pays pauvres, lorsqu’ils sont au plus bas. Il l'a fait précédemment avec le Pérou. Membre et gros financeur du Parti Républicain américain, porter préjudice à l’Argentine est devenu pour lui une obsession. Il le dit clairement : il veut faire échouer Cristina Kirchner.

Il a donc racheté des titres de dette pour une valeur de 48,7 millions de dollars et a ensuite exigé, non seulement le remboursement des titres achetés, mais qui plus est à leur valeur d’origine avant la décote, soit 832 millions ! Il vient de recevoir le soutien de la Cour Suprême des Etats-Unis !

Au total le jugement condamne l’Argentine à payer 1,4 milliard de dollars à 2 fonds spéculatifs. Mais d’autres fonds avaient eux aussi refusé la restructuration de la dette et pourraient donc s’appuyer sur ce jugement pour exiger le même traitement. Dans ce cas ce sont 15 milliards de dollars supplémentaires qui devaient être déboursés. Or le pays n’a pas les moyens de débourser une telle somme. Cela veut dire la faillite.

Ce jugement illustre bien comment le droit américain est conçu pour assurer la domination de l’oligarchie financière.

Il préfigure ce qui pourrait arriver si le GMT venait à se mettre en place avec le système des tribunaux d’arbitrage qui permettrait à de tels fonds vautours ou à des multinationales d’attaquer les états au seul profit de la finance.

Cela menace aussi tout pays qui voudrait renégocier sa dette. Ainsi à l’avenir d’autres fonds pourraient refuser tout effacement de leurs créances et empêcher par là-même tout plan de restructuration financière. Plusieurs pays d’Europe peuvent donc se retrouver dans cette situation, d’autant que les plans d’austérité imposés par la troïka européenne ont pour principale conséquence de faire envoler la dette dans les pays concernés, Grèce et Espagne par exemple.

Nous sommes donc totalement solidaires du gouvernement argentin dans son refus d’appliquer la sentence car cela créerait un précédent extrêmement dangereux. Plus aucune politique d’indépendance nationale ne serait alors possible, rendant les peuples dans l’incapacité de défendre leurs intérêts.

page 1 de 158

Générateur de miniatures