Vendredi, 17 octobre 2014

Chili : Hommage à Miguel Enriquez et à toutes celles et ceux tombés dans la lutte contre la dictature

Le 11 septembre 1973 Augusto Pinochet prenait la tête d'un coup d'état militaire pour en finir avec le gouvernement de l'Unité Populaire. Salvador Allende, le président démocratiquement élu, périssait dans le bombardement du palais gouvernemental, La Moneda.

La répression militaire s'abattait sur tous les opposants provoquant plus de 2000 morts, près de 1000 disparus, de nombreux prisonniers torturés et des milliers d'exilés.

Chile : memoria viva

Dans cette situation de dictature militaire, des hommes et des femmes décidèrent de résister y compris les armes à la main. Nombreux furent ceux qui y laissèrent leur vie.

Ils étaient souvent jeunes mais voulaient un futur meilleur pour leur pays.

Lire la suite...

Vendredi, 5 septembre 2014

En finir avec l'impunité des élus délinquants : non à leur réélection

Après Jérôme Cahuzac et son compte en Suisse non déclaré, après Jean-Marie Le Guen et la sous-estimation de son patrimoine pour la modique somme de 700 000 euros voici Thomas Thévenoud et son problème de "conformité avec les impôts" ! De qui se moque-t-on ? Lorsque n'importe quel contribuable ne déclare pas ses impôts 3 ans de suite, on ne dit pas qu'il a un problème de "conformité" mais bien qu'il a cherché à frauder le fisc.


Oui Mr Thévenoud est un fraudeur et en plus un menteur. Comme l'était avant lui Jérôme Cahuzac qu'il avait pourtant abondamment critiqué pour son comportement.

Alors c'est vrai, la nouvelle loi sur la transparence a permis de le démasquer rapidement et de le démissionner de son poste de secrétaire d'état. Pour sa défense, il a osé avancer comme argument "Je n’ai jamais fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire ou fiscale"

Démissionnaire du gouvernement, selon la loi Thomas Thévenoud peut retrouver son siège de député. Aura-t-il seulement la décence de ne pas le faire et de démissionner ? Vu sa défense quant au non paiement de ses impôts, on ne peut qu'être inquiet.

Lire la suite...

Jeudi, 4 septembre 2014

Parti Socialiste : la mue en un parti démocrate

En 2012, François Hollande s'est fait élire sur un programme ne contenant quasiment aucun engagement social. Dans la 5ème République le Président décide des orientations politiques et le premier ministre les met en oeuvre. Or depuis ces dernières semaines nous assistons à une perversion totale des institutions : c'est le premier ministre, qui impose ses orientations pour lesquelles les français n'ont jamais été consultés. En réalité les seuls qui se sont prononcés sont les adhérents et sympathisants socialistes lors de la primaire en apportant moins de 6 % des suffrages aux propositions portées par Manuel Valls. Pourtant ce sont celles qui sont maintenant mises en oeuvre.

Nous assistons donc à une véritable épreuve de force : tous ceux qui sont sur la ligne libérale au sein du PS plus des intellectuels, économistes et sociologues divers, ont décidé de profiter de la nomination de Manuel Valls comme 1er ministre pour imposer à marche forcée au PS la mutation opérée par les autres partis sociaux-démocrates et à laquelle le PS français avait jusqu'ici échappé. Le modèle n'est même plus Blair, Schröder ou Zapatero mais Matteo Renzi arrivé à la présidence du conseil des ministres en Italie par un putsch à l'intérieur de son parti, le Parti Démocrate.

Au niveau des institutions, nous avons donc un président de la République qui inaugure les chrysanthèmes en passant de commémoration en commémoration, et les années 2014-2015 sont particulièrement fastes entre le centenaire de la première guerre mondiale et la fin de la deuxième guerre mondiale, et un premier ministre qui gouverne.

Livre_MB2.jpg

!!!! ET HOLLANDE CONTINUE !!!

Lire la suite...

Samedi, 30 août 2014

Travail du dimanche :pire que la droite

Le gouvernement de Manuel Valls s’apprête à légiférer par ordonnance sur le travail du dimanche.

Même Nicolas Sarkozy n’avait pas osé.

Mais le gouvernement Valls II n’est plus sûr d’avoir une majorité au Parlement pour faire adopter ses mauvais coups. Visiblement le cours libéral de Hollande ne supporte même plus l’existence du Parlement. Mais le retour devant des électeurs qui n’ont jamais voté pour de telles orientations politiques étant trop dangereux, il préfère dissoudre la démocratie à coup d’ordonnances et pourquoi pas demain de 49-3.

Un pouvoir qui ne tient plus que par de tels artifices constitutionnels est un pouvoir qui a perdu sa légitimité. Sa durée de vie est maintenant comptée.

Le 6 octobre 2013 j'adressais une lettre ouverte à Alain Vidalies, déjà sur la première modification législative étendant les obligations de travail du dimanche sous la présidence de Hollande.

Il n'y a pas un mot à changer : http://www.martine-billard.fr/post/2013/10/06/Lettre-ouverte-%C3%A0-Alain-Vidalies-%C3%A0-propos-du-travail-du-dimanche

Aujourd'hui j'ai la tristesse de voir que Alain Vidalies a accepté d'appartenir à ce gouvernement Valls II et tout cela pour cautionner une nouvelle dégradation sur ce sujet du travail du dimanche.

Vendredi, 29 août 2014

LA FINANCE A MAINTENANT UN NOM AU GOUVERNEMENT

Qui aurait pu croire que l'impudence de Manuel Valls irait jusqu'à nommer un banquier d'affaires ministre de l'économie ? Tout le monde se rappelle la fameuse phrase du discours du Bourget de Hollande : « la finance n'a pas de nom. Et pourtant elle gouverne ! ». Le peuple souffre ? Le gouvernement répond : ce qui nous importe c'est le satisfecit des marchés, du Medef et de Madame Merkel.

Lire la suite...

page 1 de 159

Générateur de miniatures