Jeudi, 21 avril 2016

Tchernobyl 26 avril 1986 : plus jamais ça ? oui en sortant du nucléaire

C'était il y a 30 ans, la plus effroyable catastrophe nucléaire. Hélas ce ne fut pas la dernière puisque Fukushima a eu lieu le 11 mars 2011. Il suffit qu'existe une centrale nucléaire existe pour que le risque de catastrophe perdure. Il est donc indispensable de tourner la page et de sortir du nucléaire.

Tcherno23

Ce week-end un peu partout en France auront lieu des mobilisations pour exiger cette sortie.

A Paris samedi de 9h du matin à minuit une conférence fera le tour du sujet à la mairie du 2ème.

Vous pouvez trouver toutes les informations avec le lien suivant ci-dessous. J'y prendrais la parole vers 16h.

Détail de la journée :

Vous pouvez aussi lire le billet de Jean-Luc Mélenchon sur son blog sur la nécessité d'en finir avec le nucléaire

Lire la suite...

Mardi, 19 avril 2016

Pour la justice climatique, ne les laissons pas faire

Cliimat

Lire la suite...

Mercredi, 13 avril 2016

Au revoir Maya, hasta siempre camarade

12.05.05-plainte_contre_le_CC.jpg

Maya Surduts nous a quittés aujourd'hui. Je la connaissais depuis son retour en France et son arrivée au groupe Révolution ! en 1972.

Maya faisait partie dans les années 70 de ce qu'on appelé à l'époque le courant lutte de classes du mouvement des femmes, notamment autour du journal "Femmes en Lutte" édité par Révolution ! puis l'OCT.

Elle devint une des grandes figures de la lutte pour les droits des femmes.

D'abord la lutte pour le droit à la contraception et à l'IVG qu'elle mènera avec le MLAC puis plus tard la CADAC.

Puis la lutte contre les violences faites aux femmes à partir de 2004. C'est grâce à la mobilisation lancée par le CNDF (Collectif national des droits des femmes) dont Maya était un pilier, et notamment à la pétition exigeant qu'une loi cadre soit inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée, qu'une loi contre les violences faites aux femmes verra le jour et sera adoptée en juillet 2010 par le parlement.

Maya

J'ai beaucoup de respect pour elle car dans les moments de reflux elle n'a jamais baissé les bras. Si une permanence du mouvement de femmes s'est maintenue en France pendant toutes ces années, on le doit beaucoup à Maya. Toujours vaillante, sur la brèche, prête à nous houspiller lorsqu'elle trouvait qu'on était pas assez à l'offensive. Pour cela je lui ai toujours pardonné ces "coups de gueule". C'était une femme libre et totalement désintéressée.

Maya est surtout connue comme figure féministe mais elle était aussi une défenseuse de la laïcité, convaincue que c'était la seule façon de garantir les droits des femmes.

Ces dernières années, lors de nos repas réguliers dans un restaurant où elle adorait manger du tajine, elle me disait souvent son angoisse face à la montée des forces d'extrême-droite dans divers pays d'Europe. Marquée par son enfance pendant la guerre et le nazisme, elle désespérait de voir que nous n'arrivions pas à construire en France une force capable de résister à la montée du FN et aux obscurantismes religieux dont les premières victimes sont toujours les femmes.

C'est douloureux d'imaginer que demain elle ne sera plus là pour continuer à nous secouer. Au delà de perdre une camarade de lutte, je perds aujourd'hui une amie.

PS : Il n'est pas facile de trouver des photos de Maya car elle n'aimait pas trop être prise en photo. Celle-ci a été prise lors du dépôt de plainte contre le Conseil Constitutionnel pour son abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel en mai 2005.

Lundi, 4 avril 2016

Climat ou pétrole il faut choisir : non au sommet des multinationales du pétrole à Pau

Sommet pétroliers Pau

Tout le programme :

La COP21 sur le climat s'est tenue fin 2015 à Paris, mais les majors du pétrole n'en ont que faire. Total a exigé et obtenu en justice de pouvoir explorer le gaz de schiste en France.

Du 5 au 7 avril, cette même multinationale a invité les autres sociétés du secteur (Shell, Exxon, Repsol, BP etc.) à se réunir pour mettre en place des stratégies visant à exploiter les réserves d’hydrocarbures de la planète et des océans jusqu’à leur dernière goutte.

Ne les laissons pas faire. Nous exigeons du gouvernement français :

  • d'arrêter tout type d'aide aux énergies fossiles à commencer par le charbon y compris en cas de dispositif de captage-stockage de CO2
  • d'annuler les permis de forage et de ne plus en délivrer notamment en mer
  • de donner enfin la priorité à la recherche pour les énergies renouvelables et à leur développement
  • de mettre en oeuvre un plan de reclassement des travailleurs des industries travaillant dans les énergies fossiles.

Le Parti de Gauche soutient et participera aux mobilisations organisées par plusieurs associations pour dénoncer la tenue de ce sommet

Lundi, 7 mars 2016

Nucléaire : EPR, prolongation des centrales, il est urgent d'arrêter

Longtemps les tenants du nucléaire nous ont vanté l'indépendance énergétique de la France, la sécurité du nucléaire, son faible coût par rapport aux autres énergies. Pour l'indépendance, on sait depuis le début que c'est une invention puisque la France doit importer l'uranium nécessaire et ce depuis la mine d'Arlit au Niger, exploitée depuis plus de 40 ans par Areva dans des conditions financières injustes pour le Niger et une exploitation qui se fait au détriment de la santé des populations locales.


Fukushima Tchernobyl

Les accidents de Tchernobyl, il y aura 30 ans ce 26 avril et de Fukushima, il y a 5 ans ce vendredi 11 mars, ont montré les limites de la sécurité et ce dans deux types de pays et d'économie très différents. Il suffit d'une centrale nucléaire pour qu'il y ait danger,

Aujourd'hui la sécurité des centrales nucléaires françaises est mise en cause y compris par des pays voisins. Ainsi le canton de Genève a déposé le 2 mars une plainte visant la centrale nucléaire du Bugey pour « mise en danger de la vie d’autrui et pollution des eaux ».
Quarante huit heures plus tard, la ministre allemande de l'environnement appelait à fermer la centrale de Fessenheim. Selon un expert allemand l'incident survenu le 9 avril 2014 aurait été “bien pire” qu’annoncé par les autorités françaises. Un réacteur aurait été momentanément incontrôlable et il aurait fallu procéder à son arrêt d'urgence.

De façon générale, les centrales nucléaires françaises ont pour certaines dépassé la durée de vie de 30 ans pour lesquelles elles ont été majoritairement conçues. Et les incidents sont permanents.

Les groupes électrogènes de secours ne sont pas fiables en cas d'accident

On nous explique que cela n'a pas d'importance et à la demande d'EDF, Ségolène Royal a donné son accord pour une prolongation de 10 ans de plus, soit une durée de vie de 50 ans au lieu des 40 ans qui sont maintenant devenus la norme. L'argument avancé ? Elles « sont déjà amorties, donc produiront une électricité meilleur marché ». Le mythe du nucléaire qui permettrait une électricité bon marché nous est servi depuis des décennies. Mais la sécurité ? Bien sûr nous dit-on l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) doit donner son avis. Mais on aurait pu attendre d'une ministre de l'environnement qu'elle place en premier la sécurité et non la rentabilité financière.


Lire la suite...

page 1 de 168

Générateur de miniatures