A cela la ministre du logement Christine Boutin n’a pour le moment trouvé qu’une seule réponse : les SDF sont dans une situation bien pire et les familles hébergées en hôtel ou dans des logements insalubres sont quasiment des privilégiés par rapport à eux. Il faut quand même oser lorsqu’on sait que si des dizaines de familles se retrouvent à l’hôtel c’est uniquement parce que les services sociaux ne peuvent refuser de trouver des solutions lorsqu’il y a des enfants. Mais est-ce vraiment une solution d’être entassés dans des chambres d’hôtel où il est interdit de cuisiner, où les conditions ne sont pas réunies pour que les enfants puissent étudier ? Le pire c’est que tout cela coute très cher à la mairie de Paris et aux familles et qu’avec les sommes ainsi dépensées, souvent au strict profit de négriers des temps modernes, il n’y aurait aucun problème à payer des loyers. Mais voilà ces familles ne sont pas acceptées dans le secteur locatif privé car considérées comme ayant des revenus trop faibles (souvent le SMIC) et ont des demandes de logements sociaux en attente depuis des années comme beaucoup de familles en Ile de France.

Alors que faire ?

- obliger les communes qui ne respectent pas les 20% obligatoires de logements sociaux à construire de tels logements ou à défaut à préempter pour réaliser du logement social. Et si les maires des communes refusent, la loi permet au préfet de se substituer à l’autorité défaillante. Alors qu’attend Mme Boutin pour donner l’ordre aux préfets d’agir ?

- réquisitionner des immeubles vides. Je suis régulièrement choquée lorsque je vois des pancartes annonçant des centaines voire des milliers de m2 (avant l’été en face des Galeries Lafayettes 12 000 m2) de bureau à louer dans des immeubles de type Haussmann. Si ces immeubles ont été modifiés de logements en bureaux, l’inverse est aussi possible. Or le précédent gouvernement UMP a refusé de transférer le droit de réquisition au maire de Paris. Alors maintenant que ce gouvernement assume. Il n’est plus l’heure « d’envisager », il est l’heure d’agir. Mme Boutin doit réquisitionner.

- Mettre en place un outil d’intervention publique (SEM ou autre) permettant aux pouvoirs publics de louer des logements pour les relouer aux familles en attente de logements sociaux. Cela coûterait moins cher à la ville et à l’état que de payer des chambres d’hôtel au mois.