D'abord de nombreux élus municipaux ne perçoivent aucune indemnité, ou si peu, car leur commune est trop petite pour avoir le budget nécessaire. Pourtant ils se dévouent à leurs concitoyens tout autant que ceux des communes plus importantes.

Ensuite, tous les élus n'ont pas un comportement désinvolte et profiteur. Certains intervenants proposaient que les élus soient bénévoles. Il faut rappeler que l'indemnisation a justement été introduite pour empêcher que seuls les notables puissent être élus. Prôner le bénévolat revient donc à restaurer le privilège de la fortune pour être élu. Quelle régression ce serait !

La solution n'est donc pas celle-là mais en premier lieu la fin de tous les cumuls : cumuls de mandats électifs, cumul ministre-élu local, cumul mandat d'élu-mission bidon rémunérée, etc.

Mais me direz-vous, la gauche a déjà promis plusieurs fois la fin du cumul, mais ce n'est jamais le moment. Dans l'ambiance actuelle, les élus de gauche qui cumulent pourraient au moins décider de renoncer immédiatement au cumul de leurs indemnités. Pour cela, il n'y a pas besoin de loi, et encore moins de réforme de la constitution. L'argent ainsi économisé pourrait être utilisé à une action utile socialement ou environnementalement.

Actuellement, il existe l'écrêtement : un élu peut percevoir au maximum 8 036,20 euros. Sauf que ce système permet bien des arrangements. Il n'intègre pas toutes les rémunérations, par exemple ni les jetons de présence dans les SEM (sociétés d'économie mixte) qui peuvent pourtant atteindre des sommes rondelettes, ni les revenus versés aux élus par les communautés territoriales et les syndicats intercommunaux dont voici le barème. Enfin cela n'assure pas non plus l'étanchéité entre indemnités et frais de mandat. Pour atténuer le sentiment « d'élus profiteurs », il faut supprimer le cumuls des indemnités y compris les indemnités et les pensions retraites et donner les moyens d'un véritable contrôle dans la gestion des revenus des élus.


Les donneurs de leçons !

Les mêmes au gouvernement qui passent leur temps à vanter aux Français la nécessité de se serrer la ceinture et qui dénoncent à longueur de colonne de journaux les prétendus privilèges de certaines catégories bien moins favorisées que les grands élus, comme les fonctionnaires, ne peuvent pas continuer à faire le contraire de leur discours.

Les ministres qui cumulaient leur indemnité avec leur retraite viennent de renoncer à cette dernière. Mais plusieurs continuent de cumuler avec des indemnités d'élus locaux, « plusieurs » étant un euphémisme puisque 29 membres sur 40 cumulent les mandats et/ou cumulaient jusqu'à peu les rémunérations retraites-emplois. Liste des Ministres qui cumulent.

Ils se réservent ainsi des parachutes au cas où il serait mis fin à leur fonction de ministre. Mais ils sont rémunérés pour une fonction à plein temps, il est donc inadmissible qu'ils conservent d'autres mandats et rémunérations. D'autant plus qu'il est humainement impossible d'assurer trois temps plein simultanément : ils exercent en réalité des temps partiel, payés en temps plein. Les ministres sont d'ailleurs bien souvent les rois de l'absentéisme dans leurs mandats locaux, notamment Christine Lagarde ou Pierre Lellouche à Paris, comme l'explique Alexis Corbière sur son blog !

Certes les élus sont responsables de ce cumul, mais pourquoi les citoyens réélisent-ils aussi facilement des cumulards et aussi des élus précédemment condamnés par la justice pour avoir profité abusivement des moyens leur mandat ? Sur ce plan là, les membres du gouvernement aussi ne font pas figures d'exemple, et lorsqu'ils ne cumulent pas les mandats, ils cumulent les casseroles politico-financières !


Donc oui à la fin du cumul des mandats et des rémunérations.

Les députés sont dans le même cas. C'est une tâche à plein temps car le Parlement siège souvent 5 jours sur 7. Cela suppose donc l'abandon de toute autre activité. Pourtant en janvier 2007, 90% des députés cumulaient avec un mandat local, ce chiffre n'a sûrement pas beaucoup évolué.

Il est pourtant juste que les députés disposent d'un système d'indemnisation en cas de non réélection car sinon il ne sera plus possible d'avoir des salariés du secteur privé et de classe moyenne, qui postulent à un mandat de député. Il n'y en a déjà pas beaucoup, supprimer cette possibilité serait un recul pour la diversité démocratique. Il faut savoir qu'un mandat de 5 ans fait perdre les droits aux Assedic et à l'ASS, l'Allocation de Solidarité Spécifique.


Tous les députés n'ont pas les réseaux et les pistons pour retrouver facilement un emploi ensuite, surtout lorsqu'on vient de formations politiques trop marquées politiquement (PG-PC et jusqu'à récemment Verts). De plus ce système d'indemnisation a été profondément modifié. C'est donc dorénavant un système différentiel qui tient compte des autres revenus. Il est aussi dégressif. L'avantage est sa durée de 3 ans au lieu de 2 aux Assedic (pour ceux qui le souhaitent, ils trouveront tous le détails sur le site de l'Assemblée nationale.


Chômage et retraites

Pour le régime de retraite des députés, il faut partir du même principe : ne pas rendre le mandat de député inaccessible à des salariés du privé. En effet, en tant que député, on ne peut plus cotiser à un régime de base de la sécurité sociale. Il devient donc impossible d'avoir la durée de cotisation nécessaire dans son régime d'origine. Essayer de réformer à l'intérieur du système existant est sans solution car cela apparaîtra toujours comme un privilège. La seule solution consisterait à continuer à cotiser dans le régime de base dont on est issu et à mettre en place une retraite complémentaire de l'Assemblée nationale pour les années de mandat, dans le respect de l'équité nécessaire par rapport aux autres retraités.



Voilà quelques propositions pour sortir du "élus tous profiteurs".


Vos avis m'intéressent, les commentaires sont ouverts !


Photo1 Flickr CC Kimdokhac
Photo2 Flickr CC dielinke_sachen
Photo3 Flickr CC Rian_vK