Je vous avais fait part dans mon billet d'hier des conséquences de la politique de destruction des postes dans l'Éducation nationale à Paris. Ce matin, le Rectorat a reculé sur la fermeture de classe initialement prévue à la maternelle de la rue des Archives ! Une belle victoire à porter au crédit de la mobilisation, parents et enseignants ensemble pour la défense de l'école publique. Dans le même temps, nous savons que les objectifs d'ensemble restent inchangés, et que le Rectorat va tenter de prendre ailleurs ce qu'il a perdu ici. Espérons que cela ne se fasse pas au détriment d'une école rencontrant plus de difficultés. Comme le proclame la banderole de l'école : "pas de fermeture de classe, ni ici, ni ailleurs !" Il reste donc à se mobiliser pour un changement d'ensemble de la politique éducative et, plus largement, en matière de services publics.

10.09.07-Franprix_Bretagne.JPG D'autre part, l'intersyndicale du commerce (CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO, et SUD), réunie sous le signe Clic-P, vient de faire connaître un jugement en référé du Tribunal de grande instance de Paris, rendu hier. Les sociétés Monop, Avidis, Touatis et Zoveco Dis, qui exploitent des magasins sous enseignes Monop, Franprix et G20, ont été enjointes de respecter les règles sur le repos dominical en vigueur à Paris, sous astreinte de 6000 € par infraction constatée. Elles devront cesser d'employer des salariés, au plus tard à 13 heures le dimanche et faire le choix de fermer le dimanche ou le lundi.

J'avais alerté sur les manquements à la loi des grands commerces alimentaires et questionné le gouvernement à ce sujet. Fin septembre, j'avais enregistré avec joie une victoire locale : le Franprix de la rue de Bretagne dans le 3e était rentré dans la légalité. Sa devanture ne clame plus la violation de la loi, les horaires du dimanche ont été grattés et pas remplacés... Action après action, nous arriverons à imposer le respect de loi !