Le midi, plusieurs centaines de personnes, venues de toute la France, s'étaient donc rassemblées devant l'Assemblée Nationale. Certains d'entre eux avaient affrété des bus et même voyagé toute la nuit pour être sur place. Ils n'étaient donc pas quelques dizaines comme les médias ont bien voulu les compter. Mais comment s'étonner des chiffres de la presse ? Les journalistes présents en nombre n'avaient qu'une idée en tête. Qu'est ce que Joly pense d'Hulot et Hulot de Joly ? José Bové était là en arbitre. Bref, un rassemblement qui a vite tourné à la campagne des primaires d'Europe Écologie. Dommage ! Beaucoup de membres des collectifs nous font part de leur écœurement. Partir à deux heures du matin pour voir ce spectacle et se faire piétiner par les journalistes, on comprend leur énervement !

Les camarades du PG étaient bien présents avec drapeaux et autocollants et beaucoup sont impliqués directement dans les différents collectifs locaux. Le message que nous portons commence à passer. C'est important car on ne peut pas se contenter de focaliser sur la technique de fracturation et la pollution. L'exploitation des gaz et des huiles de schiste est une fuite en avant face aux limites finies de la planète. Il faut à la fois faire faire un virage écologique à la société mais aussi redistribuer les richesses, j'y reviens dans mon intervention.

Heureusement, la présence de Danielle Mitterrand à ce rassemblement a été très remarquée et appréciée. La Fondation France Libertés a eu l'excellente idée de fabriquer des « feuilles d'eau » (les fameuses bouteilles des porteurs d'eau) à l'effigie du combat contre les gaz de schiste : « Bien commun, l'eau en danger. Gaz de Schiste non merci ».

L'Assemblée a donc adopté le texte aujourd'hui. La droite a voté quasiment d'un seul bloc en sa faveur. Il est pourtant clair que les industriels ont le champ libre pour démarrer les forages. Les rapports qui sont demandés feront certainement référence à une technique que l'on appellera autrement (stimulation de la roche, fracturation « à la française » ou fracturation propre...). Les recours devant les tribunaux administratifs prendront un temps infini qui permettra aux exploitants de continuer tranquillement leur exploration pour préparer le lancement de l'exploitation après les échéances électorales de 2012. Les intentions de la droite sont évidentes quand on sait qu'a été voté un amendement du député UMP Gatignol (très favorable à l'exploitation et fervent partisan du nucléaire par ailleurs) qui assouplit encore la loi si cela se fait dans le cadre de la recherche scientifique.

Mais la bataille n'est pas encore perdue car la mobilisation citoyenne est très forte.