Revenu maximum, gaspillages minimum : une autre société est possible !

Bienvenue en oligarchie

Sommes-nous toujours en démocratie ? La démocratie s’est effacée devant les injonctions de ceux qui sont aux manettes des banques et des marchés financiers. Écosystème, services publics, travail, santé, école, tout est devenu une marchandise car la seule logique est celle du profit. L'Europe libérale et le FMI, sous prétexte de crise, imposent l'accélération de la privatisation des services publics et du système social. Nicolas Sarkozy et les gouvernements UMP ne sont pas en reste dans la course à l'imposition de l'austérité.

Le capitalisme gaspille nos ressources et épuise nos vies

Plus que jamais, nous prenons conscience des limites physiques de la biosphère. Réchauffement climatique, crise énergétique, perte de biodiversité, effet des pollutions sur la santé, montrent qu'il y a urgence à changer de mode de production, d'échange et de consommation pour la survie des sociétés humaines. Premiers réfugiés climatiques, marée noire du golfe du Mexique, Fukushima, sont autant d'événements qui doivent nous alerter. Mais selon les porte-parole de l'oligarchie, la priorité des priorités serait la relance, la croissance. Plutôt que de répondre aux besoins humains et aux enjeux écologiques, ils poursuivent une expansion infinie, inévitablement vouée à l'échec.

Car la destruction de l'environnement et le gaspillage des ressources ne sont pas les seules nuisances du capitalisme. Les profits et les rentes des plus riches conduisent aussi à la dégradation de nos conditions de travail et de nos conditions de vie. D’un côté, des salariés précarisés et pressurés jusqu'à craquer et se suicider, de l’autre, du chômage de masse. Et partout, la dégradation de l'environnement. Le capitalisme exploite les humains sans tenir compte de notre bien-être, tout comme il exploite les richesses naturelles sans tenir compte de la planète.

La seule solution passe par la répartition des richesses !

Les plus riches s'enrichissent comme jamais. En pleine crise financière, les dividendes versés aux actionnaires du CAC 40 ont encore bondi pour atteindre 40 milliards d'euros. Les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres. Dans ce modèle, les richesses mondiales produites devraient être multipliées par 15 pour que les pays du Sud « rattrapent » ceux du Nord ! C'est écologiquement insoutenable !

Rompons avec ce système pour lequel tout est marchandise et spéculation : eau, alimentation, terre, mais aussi éducation, santé, sécurité publique, transports et loisir.

Pour répondre à la crise écologique, replaçons l’humain au centre de notre société et redistribuons les richesses existantes !