Le Parti de Gauche dénonce avec fermeté l’attitude de la police aux frontières qui a retenu et interrogé plusieurs heures ce samedi 22 novembre 2014 Maria Rivera, avocate Chilienne. En tournée en Europe, l’avocate Maria Rivera accompagnée de l’avocat Rodrigo Roman, membres du groupe Defensoria Popular, sont venus alerter sur la situation des Droits de l’Homme au Chili et dénoncer la criminalisation des mouvements sociaux (étudiants, défenseurs de l’environnement, mapuches …)

Ne pouvant rien lui reprocher au niveau légal, la police a mis en cause son parcours politique y compris sa détention par la police politique de Pinochet lors de la dictature au Chili.

Quelle honte ! Il s’agit là d’un véritable interrogatoire de type politique sur lequel des explications doivent être données. Qui a ordonné cet interrogatoire ? Quels en sont les motifs ? S’agit il d’un abus de la part des agents de police ?

Depuis quand un gouvernement qui ose se dire de gauche, peut interdire l’entrée du territoire français à des avocats des Droits de l’Homme d’un autre pays ? Ce gouvernement considère-t-il scandaleux de s’être opposé à un dictateur militaire sanguinaire ? Est-il dorénavant interdit sous le gouvernement de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve de critiquer un gouvernement ami du PS, en l’occurrence celui de Michelle Bachelet, présidente du Chili ?

Le Parti de Gauche dénonce cette atteinte aux Droits de l’Homme et exige que des excuses soient présentées à Madame Maria Rivera. Une délégation du PG rencontrera Maria Rivera et Rodrigo Roman.

De même nous nous associons aux demandes faites par le député Sergio Coronado au ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve de fournir des éclaircissements sur ce qui constitue une rétention abusive et une tentative d’intimidation de ces avocats dans leur travail de défense des droits de l’Homme au Chili et en Amérique latine.