Grosse peur hier soir à l'annonce d'un coup d'État en cours en Équateur contre le président Rafael Correa. Celui-ci a été élu en 2006 et réélu en 2009 après un processus constituant. Il a le soutien de la majorité de la population.

rafael-correa.jpg

Cela n'a pas empêché le soulèvement de la police soutenue par une fraction de l'armée de l'air qui a retenu Rafael Correa pendant 12 heures et n'a cédé que face à l'assaut mené par l'armée.

La volonté de réappropriation par le peuple équatorien des ressources nationales ne plait pas à tout le monde. La remise en cause des intérêts des oligarchies locales et des multinationales au bénéfice des peuples, en défense des peuples autochtones et contre le pillage des ressources naturelles provoque à chaque fois en Amérique Latine des réactions violentes de ceux qui ne veulent pas accepter de voir remis en cause leurs intérêts illégalement acquis.

Après le Honduras l'an dernier, les mêmes forces à l'échelle du continent essaient de déstabiliser le Vénézuela, la Bolivie et le Paraguay. Ils viennent d'échouer en Équateur grâce à la mobilisation populaire qui s'est immédiatement portée au secours du président. Grâce au soutien international dont en première ligne les pays de l'Alba, l'état major de l'armée, après avoir essayé de poser des conditions, a pris fait et cause pour le président et l'a délivré.

Rafael Correa parle de conspiration. Il sait ce qu'il dit. Les policiers et les quelques militaires insurgés n'ont pas caché qu'ils soutenaient Gutierrez (ancien président destitué par la rue et "meilleur ami de Bush") et l'action concertée menée dans deux autres villes du pays démontre qu'il ne s'agissait pas d'une simple révolte pour des raisons de réduction de prime.

Il ne faut pas laisser passer cela sans réagir car sinon ce sont tous les régimes progressistes de l'Amérique Latine qui risquent de subir les mêmes attaques.

C'est pourquoi je vous invite à participer au rassemblement ce soir à 18 heures devant l'ambassade d'Équateur (métro Monceau) pour dire clairement que nous sommes au côté du peuple équatorien et de son président légitimement élu.

Voici l'adresse exacte : 34 rue de Messine, Paris 8e - métro Monceau (L2) ou Miromesnil (L9, L13)

Vous pouvez télécharger ici le communiqué du PG