Lundi, 19 mars 2012

Le peuple a repris la Bastille

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection d’abord morale est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs.

Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793

12.03.18-Bastille1-Sanson.jpg

Difficile de trouver les mots pour exprimer ce que j'ai pu ressentir hier. Pendant que la marche partie de la Nation avançait tant bien que mal, car il y avait beaucoup de monde devant la première ligne, les trottoirs étaient noirs de monde. Toutes et tous acclamaient la marche sur son passage, scandaient "Résistance". Un petit regret personnel, ma fonction de co-présidente du PG veut que je sois en première ligne et avec la foule de ce dimanche, impossible de sortir un moment pour jeter un oeil, regarder, voir l'ensemble du cortège, rencontrer les diverses délégations, y compris celles qui m'avaient sollicitée pour un bref échange ou une photo ensemble.

Bon, ce ne fut qu'une frustration momentanée, car l'entrée sur la place de la Bastille fut impressionnante, tant elle était déjà bien remplie. Le temps d'aller jusqu'au pied de la tribune, je suis repartie. Je ne me sentais pas de rester à l'écart de la foule, de ne rien sentir. J'ai voulu retourner à l'entrée de la place pour voir l'entrée du reste de la marche. Cette traversée de la place, entrecoupée d'arrêts pour faire une bise à l'une ou à l'autre, un salut à d'autres camarades, a tourné court. Je n'ai jamais pu rejoindre le début de la rue Saint Antoine, c'était impossible, on ne pouvait plus passer. Tentative du coup de rebrousser chemin, mais cela aussi a vite relevé de la mission impossible. Le boulevard Beaumarchais était noir de monde jusqu'à la hauteur du cinéma MK2. Je suis donc restée au milieu de la place, et de la foule, pour écouter.

12.03.18-Bastille_16h50_allege.jpg

Combien y avait-il de manifestants ? Un camarade de la direction d'un syndicat, me disait que pour eux la Bastille remplie c'était 80 000 personnes. Mais la Bastille débordait. Alors 100 000 ? 120 000 ? Difficile à dire. Quant à la police, elle a indiqué n'avoir fait aucun comptage pour ne pas interférer dans la campagne électorale ! C'est nouveau, la police de Sarkozy qui devient neutre dans les comptages.

Mais cette énorme démonstration de force qui donne du courage à toutes celles et tous ceux qui ont participé, et même à ceux qui auraient bien voulu venir mais n'ont pas pu le faire, rend visiblement nerveux certains.

Lire la suite...

Jeudi, 2 février 2012

Travail du dimanche : le Gouvernement en veut toujours plus

Ce jeudi 2 février, lors de la séance des questions orales sans débat, j'ai interpellé le ministre du travail quant à sa détermination à faire respecter le droit des salariés au repos dominical. En effet, depuis décembre, des enseignes commerciales hors-la-loi, encouragées par des déclarations de membres du Gouvernement, tentent d'obtenir des dérogations supplémentaires à la législation déjà modifié par la Loi Mallié de 2009.

Il s'agit d'enseignes de bricolage hors des zones PUCE d'Ile-de-France ; de supérettes alimentaires ouvrant après 13 heures le dimanche ; de boutiques du quartier des Abbesses dans le 18e arrondissement de Paris, hors de la zone touristique de Montmartre ; et de commerces ouvrant illégalement le dimanche sous prétexte de soldes depuis janvier.

Le travail du dimanche est une régression sociale, une atteinte au droit à la vie de famille comme aux loisirs, et une aberration écologique fondée sur le consumérisme 7 jours sur 7. C'est aussi une aberration économique car le pouvoir d'achat de nos concitoyens est le même, qu'ils consomment le dimanche ou un autre jour. En outre, étendre les périmètres des zones touristiques à Paris ne ferait que favoriser les boutiques de vêtements ou de souvenirs (alors même que les gérants de ces boutiques peuvent toujours travailler le dimanche à leur compte pour réaliser leur chiffre d'affaires), au détriment des commerces de bouche de proximité qui ne peuvent pas suivre l'envolée du prix des baux.

En réponse à cette interpellation, le Gouvernement a nié l'importance du nombre de supérettes alimentaires ne respectant pas la loi alors qu'elles sont nombreuses, notamment dans Paris. Et s'il a annoncé s'interdire de commenter la récente décision de justice ayant condamné une enseigne de bricolage ouvrant le dimanche hors zone PUCE, il a montré qu'il veut remettre en cause le repos dominical encore davantage, en appelant au classement du quartier des Abbesses du 18ème arrondissement en zone touristique et, d'une manière générale, en invoquant la nécessité de « suivre les évolutions de la société », manière détournée de valider a posteriori les pratiques d'enseignes commerciales hors-la-loi.

Voici la vidéo de mon intervention.





Vous trouverez ci-dessous le texte de ma question (question orale sans débat n°1694).

Lire la suite...

Vendredi, 27 janvier 2012

Faux-semblants sur les OGM

Grâce à la mobilisation des faucheurs d'OGM et ses scientifiques lanceurs d'alertes, le gouvernement avait fini par interdire la culture en France du maïs Monsanto 810, en 2008. Juridiquement, la décision reposait sur une clause de sauvegarde, qui a été annulée par le Conseil d’État, sur avis de la Cour de justice de l’Union européenne. Interrogée à ce sujet lors de la séance de questions au gouvernement de ce mercredi, la ministre en charge du dossier, Nathalie Kosciusko-Morizet, a prétendu que le gouvernement maintenait son opposition à la culture de ce maïs.

Curieuse opposition. Car le gouvernement, sous prétexte d'améliorer la qualité juridique de son texte, prend son temps. La ministre promet de le publier avant la période des semailles, avant la fin février. Mais comme elle est bien obligée de le reconnaître, les achats de semences auront déjà été effectués.

Ce qui revient à consentir à la politique du fait accompli de la part des firmes qui monopolisent le commerce des semences... Il sera d'autant plus facile de se dédouaner des reculs à venir, au nom de la préservation des intérêts économiques de ceux qui tenteront le passage en force !

Lundi, 16 janvier 2012

Meeting de Nantes

Samedi avait lieu le premier grand meeting national de la campagne du Front de Gauche pour la présidentielle. Je suis intervenue juste après la projection d'un message d'Anémone, expliquant pourquoi, ayant toujours appuyé les candidatures écologistes, elle trouve cohérent avec son engagement écologiste et de gauche de soutenir Jean-Luc Mélenchon. Belle introduction à mon propos, opposant la coopération et la solidarité que prône le FdG à la logique dominante de la compétition, et assumant l'héritage de René Dumont en faveur d'une écologie socialiste, réellement en rupture avec le productivisme.

Voici la vidéo.





Vendredi, 2 décembre 2011

Débat sur le scénario Négawatt le jeudi 8 décembre

J'espère avoir le plaisir de vous retrouver le jeudi 8 décembre, à 19h30, à l'École Normale Supérieure, 45, rue d'Ulm, à l'occasion du débat que le Parti de Gauche organise sur le scénario Négawatt.

Jean-Luc Mélenchon, Corinne Morel-Darleux et moi-même avons invité à débattre avec nous

  • Yves Marignac, de l'assocation Négawatt
  • Raphaël Claustre, directeur du Comité de liaison pour les énergies renouvelables (Cler)
  • Anne Debregeas, travailleuse à EDF,
  • Jean-Michel Mespouledes, travailleur du nucléaire et syndicaliste à la CGT Mines Énergies

sur la base de ce scénario de transition énergétique sobre.

Pour télécharger la présentation de ce débat, cliquez sur l'image ci-dessous.

11.12.08-debat_Negawatt.jpg

PS du 6 décembre : 
il est préférable de s'inscrire 
en adressant un courriel à
energie8decembrearobaseyahoo.fr

- page 2 de 3 -

Générateur de miniatures