Tag - Archives nationales

Fil des billets - Fil des commentaires

Mercredi, 5 octobre 2011

Stop à la répression contre les syndicalistes des Archives nationales !

Je vous ai déjà entretenu-e-s sur mon blog du conflit aux Archives nationales, pour maintenir et développer le service public des archives dans les prestigieux locaux de l'Hôtel de Soubise et de l'Hôtel de Rohan, et contre le projet présidentiel d'y implanter la Maison de l'histoire de France - projet qui mérite amplement une mobilisation pour s'y opposer, quelle que soit l'implantation retenue, tant il développe une conception réactionnaire de l'histoire. Il en était question dans ce billet et dans celui-ci.

Le 17 mai, j'ai assisté à une conférence de presse convoquée sur place par l'intersyndicale, aux côtés de Jack Ralite. Nous avons d'ailleurs exprimé des nuances par rapport à l'analyse faite par les personnels de l'ouverture du jardin au public, confirmant notre soutien à l'objet principal de la lutte, partageant les doutes sur le respect des conditions de sécurité, mais approuvant le principe de l'ouverture du jardin, une fois acquises les garanties d'une ouverture en toute sûreté. En fait, le dialogue engagé nous a permis de constater qu'il n'y avait pas de divergence de fond, mais des expressions différentes, selon les priorités que chacun-e voulait mettre en avant. Ce fut un moment d'échange constructif.

Nous n'imaginions pas que cette conférence de presse serait prise comme prétexte, des semaines plus tard, pour enclencher la répression contre les responsables syndicaux de la Cfdt, la Cftc et la Cgt ! J'ai écrit aujourd'hui au ministre de la Culture pour demander la levée des convocations devant la commission administrative paritaire, le renoncement à toute menace de sanction et le retour au dialogue.

Vous trouverez ci-dessous mon communiqué de presse.

Lire la suite...

Jeudi, 3 février 2011

Archives nationales : la lutte paye !

Je vous avais fait part dans un billet récent des derniers rebondissements dans le conflit ayant conduit l'intersyndicale des Archives nationales à occuper l'Hôtel de Soubise. Le refus de céder au chantage du ministre de la Culture a payé. L'intersyndicale a fait savoir vendredi, par communiqué, que le directeur de cabinet du ministre a garanti, par courrier écrit :

  • le maintien du fonds du Minutier central des notaires de Paris sur le site parisien des Archives nationales, la résorption de l'arriéré de collecte des minutes, puis la poursuite de cette collecte également sur ce même site conformément à la législation en vigueur,
  • le maintien des fonds antérieurs à 1790 sur le site de Paris, la réalisation de travaux de mise aux normes des magasins ainsi que l'amélioration des conditions de leur conservation,
  • le maintien dans le quadrilatère, notamment dans l'Hôtel de Soubise, du cœur des activités scientifiques, culturelles, éducatives et muséographiques des Archives nationales, s'appuyant sur leur lien historique avec cet Hôtel et les Grands Dépôts.

Archives_en_lutte.jpeg Au vu de ces avancées, l'assemblée générale des personnels a voté la levée de l'occupation (après 134 nuits, Noël et Premier de l'An compris !). L'exposition "Dans l'atelier des Menus Plaisirs du roi", qui faisait l'objet du chantage de la part du ministère, a été enfin ouverte au public. L'intersyndicale estime physiquement impossible d'installer la "Maison de l'histoire de France" aux Archives nationales, si les engagements du ministère concernant les activités des Archives nationales sont respectés.

Nul doute que la détermination des historiens mobilisés contre ce projet sarkozien sortira renforcée de cette première victoire. D'ailleurs, c'est l'intersyndicale du ministère de la Culture qui devrait prendre le relais pour exprimer l'opposition des personnels à un retour aux conceptions réactionnaires de la muséographie et de l'histoire qui sous-tendent la "Maison de l'histoire de France".

Mercredi, 19 janvier 2011

De la "culture pour chacun" à la culture interdite...

Le rythme est toujours aussi soutenu. Départ pour Lyon pour le forum de Front de Gauche "Face au tout marchand, services publics et biens communs", pour préparer le programme partagé pour 2012. Un bel exemple de la manière dont le gouvernement traite les services publics va m'être apporté avant même mon arrivée à Lyon.

Je reçois un appel alors que je prends le train : une conférence de presse est convoquée en urgence par l'intersyndicale des Archives de France (CFDT, CFTC, CGC, CGT). Le ministre de la Culture vient de mettre à exécution ses menaces : pour contrer le mouvement des personnels opposés au projet sarkozien d'implanter sa "Maison de l'Histoire de France" à l'Hôtel de Soubise, il a décidé la fermeture au public de l'exposition majeure qui devait s'ouvrir ce matin, "Dans l'atelier des Menus Plaisirs du roi". Et pourtant, hier, l'exposition a été comme habituellement présentée à la presse et 400 personnes sont passées à l'inauguration !

Depuis septembre, les personnels des Archives occupent le siège parisien des Archives nationales. Occupation qualifiée par les responsables du ministère de la Culture et du cabinet de Frédéric Mitterrand de "pacifique", "respectueuse"... Les personnels sont présents en permanence dans une partie des bâtiments, jour et nuit, mais ne sont pas en grève et font tout pour que l'accueil du public, les missions de service public, la conservation dans les conditions optimales des documents soient assurés. Depuis le début de ce mouvement, les Journées du Patrimoine, le salon de la généalogie, deux expositions (sur le 18 juin 1940 et sur l'assassinat d'Henri IV) se sont déroulés aux Archives nationales, sans le moindre problème.

11.01.04-Operation_Cauchards_Ministere_de_la_Culture.jpg

action le 4 janvier devant le ministère de la Culture :
livraison de 4m3 de cartons d'archives

D'un coup, des problèmes de "sécurité des biens et des personnes" auraient surgi ! Inexistants le mardi soir, avec des salles pleines et l'obligation de refuser des personnes, trop graves le mercredi matin pour autoriser les quelques dizaines de visiteurs présents à entrer ! Quel est donc le vrai problème ? Cette exposition montrait-elle trop bien à quel point l'Hôtel de Soubise est adapté à ses missions présentes et en quoi ce serait une perte que d'y installer la "Maison de l'Histoire de France" tant désirée par les idéologues de l'identité nationale et les nostalgiques de l'histoire traitée sur le mode de la 3e République ? Curieuse manière de décliner le slogan "la Culture pour chacun" que d'empêcher les personnels de travailler et le public d'accéder à une exposition !

Le ridicule de cette mesure de fermeture ne restera pas confiné aux frontières hexagonales. L'exposition prévue jusqu'au 30 avril n'a été possible que grâce à des prêts du National Museum de Stockholm, du Brittish Museum, de la Kunstbibliothek de Berlin, de l'Albertina de Vienne... Les prêteurs (une vingtaine avec les institutions françaises) avaient pu constater sur place le sérieux des mesures de conservation des documents et objets présentés. Il reste à leur expliquer, en marge de l'envoi des deux mesures d'hygrométrie quotidiennes, que le contrôle se fait dans des salles vides... Comme l'a fort bien exprimé l'une des membres du personnel, notre pays est passé des Menus Plaisirs du roi aux Caprices du président.

Quand le ministre de la Culture acceptera-t-il de répondre aux deux revendications de ses personnels :

  • le maintien à l'Hôtel de Soubise de 75 km linéaires pour la mission de collecte,
  • le maintien à l'Hôtel de Soubise des activités pédagogiques, éducatives et culturelles ?

Ce qui est conforme au projet présidentiel... de Chirac !

Pour l'aider à retrouver la raison, l'intersyndicale du ministère de la Culture (CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO, UNSA) a apporté son soutien à leurs collègues des Archives, et la décision a été prise de travailler à la jonction avec les défenseurs de l'Hôtel de la Marine (la Tribune de l'Art évoque le sujet dans les deux articles en ligne ici et ).

L'heure est à l'élargissement de la lutte !

Vous trouverez ici le communiqué que j'ai fait envoyer à la presse.

Générateur de miniatures