Communiqué du Parti de Gauche


Il aura fallu 9 ans à Areva pour avertir l'Autorité de Sûreté Nucléaire des fragilités de l'acier composant le réacteur de Flamanville. Cette pièce située au coeur du réacteur ne peut plus être remplacée une fois le réacteur en activité. Cacher cette réalité est donc totalement criminel.

L'obsession pro-nucléaire ainsi que la défense de ses intérêts financiers fait perdre tout sens de la sécurité à Areva.

L'EPR de Flamanville est un fiasco total avec un retard de plus de 5 ans sur les délais prévus, un coût qui a triplé à plus de 9 milliards et déjà plusieurs défauts de construction détectés.

Il devient urgent d'arrêter ce monstre inutile et dangereux. Le Parti de Gauche demande l'abandon de l'EPR. Mais Areva et EDF doivent prendre leurs responsabilités pour que les salariés engagés sur le chantier ne soient pas les sacrifiés des erreurs commises.

Alors que se prépare la réunion de la COP21 à Paris, il est temps que la France se tourne résolument vers l'efficacité énergétique, la suppression des consommations inutiles et le développement des énergies renouvelables. C'est ainsi que l'on luttera efficacement contre le réchauffement climatique et non par la poursuite d'un mythe nucléaire qui a déjà démontré à plusieurs reprises son danger pour la planète.

Martine Billard, secrétaire nationale à l'écologie