Lundi, 14 mai 2012

Législatives : attention au nouveau découpage

Les 10 et 17 juin prochain, se tiendront les élections pour renouveler l'Assemblée nationale. Par rapport à 2007, plusieurs modifications ont eu lieu. Il y a toujours 577 circonscriptions mais suite à l'augmentation de la population depuis le dernier découpage (le fameux découpage Pasqua de 1986), à sa répartition différente sur le territoire national ainsi qu'à la création de onze sièges de députés de l'étranger élus par les Français expatriés, Paris perd trois député-e-s et n'en aura dorénavant plus que dix-huit au lieu de vingt-et-un.

Dans le cadre de ce nouveau découpage (ou plus exactement charcutage Marleix), la 1ère circonscription de Paris qui regroupait les quatre premiers arrondissements a été supprimée. Monsieur Legaret, maire UMP du 1er arrondissement, mauvais perdant de 2002 et 2007, en a révélé la raison à l'AFP : l'UMP estimait ne pas pouvoir la reprendre. Cela ne lui aura pas servi pour autant, car il ne sera plus du tout candidat cette fois-ci.

La répartition des arrondissements du centre de Paris se fait donc de la façon suivante :

  • les 1er et 2e arrondissements sont regroupés avec le 8e et une partie du 9e pour constituer la nouvelle 1ère circonscription
  • le 4e arrondissement est regroupé avec une partie du 11e et une partie du 12e arrondissement pour faire la nouvelle 7e circonscription
  • le 3e arrondissement est regroupé avec le 10e dans la nouvelle 5e circonscription.

Ce blog ayant comme objet de rendre compte de mes activités de députée, conformément à la législation, il ne peut contenir d'autres informations concernant ces élections législatives, et notamment sur la campagne électorale - pas même l'adresse de mon nouveau blog.

Lundi, 5 mars 2012

Rassemblements devant l'Assemblée demain

Demain, les luttes convergent devant l'Assemblée nationale ! Le journal "Paru Vendu", propriété de Comareg/Hebdoprint, lié au groupe Hersant, est liquidé (1 600 emplois concernés !). Ses salariés appellent à un rassemblement demain à 13h30 devant l'Assemblée. Pour plus de précisions, voici leur lettre ouverte au Président de la République. Les salariées des 3 Suisses visées aussi par un plan de licenciements d'ampleur appellent à les rejoindre dès 13 heures.

Nous avions reçu les déléguées de ces entreprises en lutte, et d'autres encore, le 13 février dernier, à l'Usine, avec Jean-Luc Mélenchon. Il en a fait le récit dans ce billet.

Voici les tracts d'appel aux rassemblements de demain.

12.03.06-paru_vendu.jpg


12.03.06-3suisses.jpg


Si vous le pouvez n'hésitez pas à passer les soutenir !

Mercredi, 22 février 2012

Ratification du Traité MES à l'Assemblée nationale : face à l'Europe austéritaire, on ne s'abstient pas !

Hier, nous avons donc voté contre la modification du traité de Lisbonne et contre le traité instituant le "Mécanisme européen de stabilité". Ce dispositif, indissolublement lié au traité qui devrait être signé début mars, vise à étendre à toute la zone euro les politiques d'austérité qui frappent aujourd'hui la Grèce. Si vous en voulez une analyse précise, je vous renvoie au blog que tient Jean-Luc Mélenchon, en tant qu'eurodéputé, à travers ses articles sur le TSCG, sur le MES et la présente ratification. Pour ou contre, il fallait se prononcer clairement.

Voici mes deux interventions dans les débats d'hier :









Et voici le communiqué que j'ai adressé hier soir à la presse, après le vote.


Ratification du Traité MES à l'Assemblée nationale : face à l'Europe austéritaire, on ne s'abstient pas !

Heureusement que le Front de Gauche a obtenu un scrutin solennel nominal sur la ratification du Traité MES, obligeant ainsi les divers groupes politiques à être présents en séance. S'il n'y avait rien à attendre de la droite, l'abstention du groupe socialiste retire tout crédit à la promesse de renégociation du candidat Hollande sur les nouveaux traités européens. La seule manière pour les Français de résister à l'Europe austéritaire est désormais le vote Front de Gauche aux prochaines élections. Je salue néanmoins les 23 députés socialistes qui ont répondu positivement à l'appel solennel de Jean-Luc Mélenchon, en votant contre le MES.

Lire la suite...

Mardi, 21 février 2012

Lettre de Jean-Luc Mélenchon aux parlementaires de gauche

C'est aujourd'hui, dans l'après-midi, que le vote solennel sur le Mécanisme européen de stabilité (MES) aura lieu à l'Assemblée Nationale. Un vote solennel et nominatif qui, il faut le rappeler, a été obtenu par les députés du Front de Gauche, tandis que les groupes Socialiste et UMP souhaitaient une procédure simple, non nominative. A l'occasion de ce scrutin, Jean-Luc Mélenchon a écrit aux députés et sénateurs de gauche afin de leur recommander de voter contre le Traité instituant le MES aux membres de la zone euro.

12.02.21-ltr_JLM.jpg

Vous trouverez la lettre de Jean-Luc Mélenchon dans la suite

Lire la suite...

Jeudi, 2 février 2012

Travail du dimanche : le Gouvernement en veut toujours plus

Ce jeudi 2 février, lors de la séance des questions orales sans débat, j'ai interpellé le ministre du travail quant à sa détermination à faire respecter le droit des salariés au repos dominical. En effet, depuis décembre, des enseignes commerciales hors-la-loi, encouragées par des déclarations de membres du Gouvernement, tentent d'obtenir des dérogations supplémentaires à la législation déjà modifié par la Loi Mallié de 2009.

Il s'agit d'enseignes de bricolage hors des zones PUCE d'Ile-de-France ; de supérettes alimentaires ouvrant après 13 heures le dimanche ; de boutiques du quartier des Abbesses dans le 18e arrondissement de Paris, hors de la zone touristique de Montmartre ; et de commerces ouvrant illégalement le dimanche sous prétexte de soldes depuis janvier.

Le travail du dimanche est une régression sociale, une atteinte au droit à la vie de famille comme aux loisirs, et une aberration écologique fondée sur le consumérisme 7 jours sur 7. C'est aussi une aberration économique car le pouvoir d'achat de nos concitoyens est le même, qu'ils consomment le dimanche ou un autre jour. En outre, étendre les périmètres des zones touristiques à Paris ne ferait que favoriser les boutiques de vêtements ou de souvenirs (alors même que les gérants de ces boutiques peuvent toujours travailler le dimanche à leur compte pour réaliser leur chiffre d'affaires), au détriment des commerces de bouche de proximité qui ne peuvent pas suivre l'envolée du prix des baux.

En réponse à cette interpellation, le Gouvernement a nié l'importance du nombre de supérettes alimentaires ne respectant pas la loi alors qu'elles sont nombreuses, notamment dans Paris. Et s'il a annoncé s'interdire de commenter la récente décision de justice ayant condamné une enseigne de bricolage ouvrant le dimanche hors zone PUCE, il a montré qu'il veut remettre en cause le repos dominical encore davantage, en appelant au classement du quartier des Abbesses du 18ème arrondissement en zone touristique et, d'une manière générale, en invoquant la nécessité de « suivre les évolutions de la société », manière détournée de valider a posteriori les pratiques d'enseignes commerciales hors-la-loi.

Voici la vidéo de mon intervention.





Vous trouverez ci-dessous le texte de ma question (question orale sans débat n°1694).

Lire la suite...

- page 1 de 16

Générateur de miniatures