Jusqu'à dimanche et aux résultats du premier tour de l'élection cantonale partielle de Brignoles, tous ceux qui alertaient sur le danger de dérouler le tapis rose médiatique devant le FN se faisaient rabrouer. Mais aujourd'hui la créature a échappé à son maître et va se répandant toute souriante dans tous les médias, toujours aussi accueillants, pour expliquer que le FN est dorénavant le premier parti de France. Il n'en est rien évidemment pour le moment car une cantonale ne dessine pas la carte politique générale du pays. Mais à continuer à jouer avec le feu, le désastre peut avancer à grand pas.