Lundi, 20 novembre 2017

Chili : l'irruption du Frente Amplio

Ce dimanche, des élections générales, présidentielle, législatives et des conseillers régionaux, ont eu lieu au Chili.

ET la plus grande surprise de cette élection est le résultat de la candidate du Frente Amplio (coalition de 14 partis anti-libéraux), Beatriz Sánchez qui arrive en troisième position avec 1 million 336 622 voix soit 20,27% derrière le candidat de la coalition La Fuerza de la Mayoria , Alejandro Guillier ancien journaliste de télévision, arrivé en deuxième avec 1 million 496 560 voix soit 159 938 voix d'écart et 22,70% seulement 2 points et demi de plus ! Les sondages l'avaient systématiquement minoré, lui donnant entre 10% et 14%, ce qui a pu la défavoriser en poussant à un vote utile pour Guillier contre Piñera. Il s'agit du meilleur score jamais obtenu depuis 1989 par une candidate hors système.

Lire la suite...

Dimanche, 3 janvier 2016

2016 : lutter sans jamais renoncer

Poeme Victoria








L'oiseau ne se lasse jamais de voler

L'enfant ne se lasse jamais de jouer

L'homme ne se lasse jamais de créer

Le peuple ne se lasse jamais de lutter





Peinture murale sur un mur de la Poblacion La Victoria en 1987 à l'époque de la dictature de Pinochet

Lundi, 24 novembre 2014

Invraisemblable et honteux : Maria Rivera, avocate chilienne des Droits de l'Homme retenue plusieurs heures à Roissy

Le Parti de Gauche dénonce avec fermeté l’attitude de la police aux frontières qui a retenu et interrogé plusieurs heures ce samedi 22 novembre 2014 Maria Rivera, avocate Chilienne. En tournée en Europe, l’avocate Maria Rivera accompagnée de l’avocat Rodrigo Roman, membres du groupe Defensoria Popular, sont venus alerter sur la situation des Droits de l’Homme au Chili et dénoncer la criminalisation des mouvements sociaux (étudiants, défenseurs de l’environnement, mapuches …)

Ne pouvant rien lui reprocher au niveau légal, la police a mis en cause son parcours politique y compris sa détention par la police politique de Pinochet lors de la dictature au Chili.

Quelle honte ! Il s’agit là d’un véritable interrogatoire de type politique sur lequel des explications doivent être données. Qui a ordonné cet interrogatoire ? Quels en sont les motifs ? S’agit il d’un abus de la part des agents de police ?

Depuis quand un gouvernement qui ose se dire de gauche, peut interdire l’entrée du territoire français à des avocats des Droits de l’Homme d’un autre pays ? Ce gouvernement considère-t-il scandaleux de s’être opposé à un dictateur militaire sanguinaire ? Est-il dorénavant interdit sous le gouvernement de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve de critiquer un gouvernement ami du PS, en l’occurrence celui de Michelle Bachelet, présidente du Chili ?

Le Parti de Gauche dénonce cette atteinte aux Droits de l’Homme et exige que des excuses soient présentées à Madame Maria Rivera. Une délégation du PG rencontrera Maria Rivera et Rodrigo Roman.

De même nous nous associons aux demandes faites par le député Sergio Coronado au ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve de fournir des éclaircissements sur ce qui constitue une rétention abusive et une tentative d’intimidation de ces avocats dans leur travail de défense des droits de l’Homme au Chili et en Amérique latine.

Vendredi, 17 octobre 2014

Chili : Hommage à Miguel Enriquez et à toutes celles et ceux tombés dans la lutte contre la dictature

Le 11 septembre 1973 Augusto Pinochet prenait la tête d'un coup d'état militaire pour en finir avec le gouvernement de l'Unité Populaire. Salvador Allende, le président démocratiquement élu, périssait dans le bombardement du palais gouvernemental, La Moneda.

La répression militaire s'abattait sur tous les opposants provoquant plus de 2000 morts, près de 1000 disparus, de nombreux prisonniers torturés et des milliers d'exilés.

Chile : memoria viva

Dans cette situation de dictature militaire, des hommes et des femmes décidèrent de résister y compris les armes à la main. Nombreux furent ceux qui y laissèrent leur vie.

Ils étaient souvent jeunes mais voulaient un futur meilleur pour leur pays.

Lire la suite...

Samedi, 10 mai 2014

Hommage à Anne Lamouche, soutien indéfectible aux militants politiques luttant contre les dictatures des pays d'Amérique Latine

Anne Lamouche

Anne Lamouche est décédée ce matin. Peu de gens ont eu l'occasion de connaître cette femme si discrète. Et pourtant de nombreux militants politiques latino américains lui doivent la vie et la liberté, et parmi eux beaucoup de chiliens. Anne travaillait aux côtés de Danielle Mitterrand à l'époque où cette dernière avait un bureau à l’Élysée, François Mitterrand étant président de la République. La répression battait son plein dans de nombreux pays d'Amérique Latine vivant sous le joug de dictatures sanguinaires. A chaque fois que nous avions connaissance de militants en danger, nous savions que nous pourrions trouver de l'aide auprès d'Anne. De nombreux chiliens ont ainsi pu arriver en France grâce à elle. Anne était la bonté même. La dernière fois que je l'ai croisé, c'était le jour de l'hommage à Danielle Mitterrand. Elle avait tenu à venir à cet hommage militant malgré son état de fatigue. Nous perdons une grande dame, une militante infatigable de la solidarité.

J'ai appris la nouvelle par le mail ci-dessous que je me permets de reproduire car il dit très bien quelle femme nous perdons avec la disparition de Anne.

"Anne est partie discrètement, sur la pointe des pieds, ne voulant déranger personne. Discrète elle l'aura toujours été, ne se mettant jamais en avant mais toujours les causes qu'elle défendait avec obstination. Son attachement à l'Amérique latine ne pouvait laisser personne indifférent et donnait envie de prendre fait et cause avec elle; son éternel sourire et son regard malicieux redonnaient confiance à celles et ceux qui doutaient dans les moments les plus noirs des dictatures de voir un jour la démocratie revenir dans ces pays meurtris. Beaucoup de militants lui doivent la vie grâce à ses interventions tenaces où elle n'hésitait pas à bousculer diplomates et fonctionnaires pour les faire venir en France, avec ou sans papiers (et le plus souvent sans) parce qu'ils risquaient la mort. Si ses apparitions en public se faisaient plus rares depuis quelques temps du fait de la maladie et de la souffrance, elle s'inquiétait à chaque fois toujours d'untel ou untel, son regard se voilait quand un proche était décédé où s'éclairait à l'annonce d'une naissance ou d'un événement heureux. Avec Anne nous perdons une amie, et nous gardons un exemple de droiture et de convictions internationalistes. Merci pour tout, Anne."


Photo de Jean-Louis Lascoux (Travail personnel - creativecommons)"

- page 1 de 2

Générateur de miniatures