Mardi, 29 novembre 2011

Changement de la présidence du groupe GDR

Vous trouverez ci-dessous le communiqué des députés du Front de Gauche sur le sujet.

Il apparaît en effet difficile de travailler sereinement dans un groupe présidé par le député d'un parti, EELV, qui dans le même temps passe un accord avec le PS pour éliminer un député sortant du Front de Gauche.

L'accord pour créer le groupe GDR n'avait pas été remis en cause lorsque le seuil nécessaire à la création d'un groupe avait été abaissé à 15 députés afin de respecter l'accord passé entre avec les Verts en 2007.

Mais la signature de l'accord EELV-PS modifie les conditions. Respecter un accord ne peut pas se faire que dans un seul sens.

Nous aurions préféré ne pas être confrontés à cette décision. Les députés d'EELV ont pris la décision en conséquence de quitter le groupe, renonçant ainsi à tous les moyens offerts par l'appartenance à GDR. Ce choix est le leur, même si je le regrette.


Communiqué des député-e-s communistes, républicains, citoyens, du Parti de Gauche

Un entêtement regrettable

Europe Écologie-Les Verts et le Parti socialiste maintiennent leur volonté de présenter un candidat commun face au député Front de Gauche sortant, François Asensi, dans la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis. Cette décision figure dans l'accord électoral que les deux formations ont passé pour les législatives. Cet entêtement est regrettable. Il s'agit, en effet, d'une manœuvre déloyale. Cette opération politicienne vise pour EELV, avec l'appui du PS, à gagner des sièges contre le Front de gauche, en contradiction totale avec l'aspiration de toutes celles et tous ceux qui veulent battre la droite en 2012.

Les député-e-s communistes, citoyens, du Parti de Gauche ont exprimé leur désapprobation de ces méthodes, le 22 novembre dernier, lors de la réunion du groupe GDR au sein duquel ils siègent avec les député-e-s Verts et Ultra-Marins depuis 2007. Elle n'a malheureusement pas été entendue. Comme ils l'avaient annoncé, en toute transparence, les 21 député-e-s Front de Gauche élargi et Ultra-Marins ont, par conséquent, décidé d'adapter les règles de fonctionnement de ce groupe qui jusqu'à présent accordaient aux quatre - et bientôt trois - député-e-s Verts, des moyens de fonctionnement et d'expression bien supérieurs à leur représentativité au sein du groupe.

GDR sera présidé par Roland Muzeau, porte-parole des député-e-s Front de Gauche, et les temps de parole seront rééquilibrés au sein du groupe.

Roland Muzeau, porte-parole

Mercredi, 23 novembre 2011

PS-EELV : un accord pour quoi ? pour qui ?

Je n'ai pas encore eu le temps d'examiner en détail les 26 pages de l'accord PS-EELV ratifié la semaine dernière après la farce du passage disparu puis retrouvé sur le MOX. Mais ni le PS ni EELV ne sortent grandis de cet épisode, le premier en donnant l'impression d'avoir cédé au lobby d'Areva, le second à l'attrait des places de députés et ministres et notamment d'une circonscription sans risque pour sa secrétaire nationale.

Au final, la partie concernant le nucléaire ne contente personne : pas les partisans du nucléaire, bien évidemment, mais pas les opposants non plus car derrière le rideau de scène, le résultat est bien moins important qu'annoncé. En effet, avec cet accord Europe Écologie a, de fait, entériné la prolongation de vie des réacteurs nucléaires au delà de 30 ans. Seule la fermeture de Fessenheim est annoncée immédiatement, pour les autres réacteurs, pas de calendrier prévisionnel et une interrogation, pourquoi seulement 24 alors que la non prolongation au delà des 30 ans concernera plus de réacteurs à l'horizon 2025 ?

Le MOX continuera à être fabriqué en fonction des besoins, et la baisse sera principalement due dans un premier temps à la chute des exportations de part l'arrêt de centrales en Belgique et en Allemagne, ainsi qu'au Japon suite à Fukushima. L'EPR de Flamanville est poursuivi. Seul le second EPR prévu à Penly est abandonné, ce qui revient en réalité à prendre fait et cause pour EDF qui veut tourner la page de cette technologie pour passer aux réacteurs de 4e génération à partir de 2030. L'engagement de ne pas construire de nouveaux réacteurs pendant la mandature permet donc juste d'attendre. Car rien n'empêchera de reprendre la marche en avant du nucléaire après 2025. Le texte de l'accord utilise d'ailleurs le terme de "mix énergétique français" ce qui n'augure pas de la disparition de l'énergie nucléaire.

Au final le grand perdant est Areva avec ses EPR, mais la sortie du nucléaire est aux abonnés absents. Alors oui, un référendum précédé d'un large débat citoyen permettrait de tourner réellement et démocratiquement la page du nucléaire tout en organisant cette transition énergétique avec les travailleurs du secteur. A signaler d'ailleurs que, concernant "les réformes internationales et européennes sur la libéralisation du secteur", l'accord ne prévoit que de "corriger les défauts". Pas question donc d'un grand secteur public de l'énergie ni de l'intégration des intérimaires et précaires sous statut EDF.

Mais entre la candidate d'EELV, Éva Joly, qui se dit non engagée par cet accord, et François Hollande qui dévoilera son projet de gouvernement plus tard et qui en tant que président ne se sentira pas lié, à quoi sert cet accord ?

Lire la suite...

Lundi, 20 juin 2011

Strasbourg, Terra Nova, le débat et ses coulisses

Le Nouvel Observateur et la fondation Terra Nova (proche de DSK) organisaient vendredi et samedi des journées de débat à Strasbourg, autour du thème « 100 idées pour la France ».

J'y ai donc été invitée par Terra Nova en tant que co-présidente du Parti de Gauche.

Vu l'angle d'approche, lors du premier contact, j'ai demandé à intervenir sur « Salaire maximum et revenu maximum ». Or en retour la réponse a été « Égalité salariale ». Étant la seule intervenante invitée pour le PG, j'ai demandé un sujet plus large. En effet, de nombreux débats étant forcément organisés en parallèle, je savais bien qu'un sujet aussi pointu attirerait peu de monde. Je préférais donc l'aborder au sein d'un débat plus vaste portant sur les salaires. Mais ma demande n'a pas été retenue, car un tel débat était bien prévu, mais entre Martin Hirsch et Laurence Parisot, et bizarrement je n'étais pas souhaitée en troisième invitée sur le sujet !

Lire la suite...

Jeudi, 24 mars 2011

Lendemain d'élections cantonales

Même si du fait de la spécificité du statut de Paris, il n'y avait pas de scrutin dans la capitale, et si seulement la moitié des cantons étaient renouvelables dans chacun des autres départements, ces élections cantonales concernent tout le pays, par ce qu'elles expriment du paysage politique actuel.

Elles auront été marquées par un très fort taux d'abstention (56 %) avec des variations importantes selon les zones, jusqu'à 80 % dans certaines villes de la banlieue parisienne, montrant ainsi l'état de désespérance de quartiers entiers qui n'attendent plus rien de la démocratie. C'est dramatique. Après l'électorat de gauche déçu par les politiques mises en œuvre de 1997 à 2002 et qui l'avait fait savoir le 21 avril 2002, c'est aujourd'hui au tour de l'électorat de droite de donner la même leçon au gouvernement UMP-Sarkozy. Malheureusement, les déceptions des uns et des autres amènent soit à l'abstention, soit à « un coup de pied dans la fourmilière » qui s'exprime dans le vote FN.

Lire la suite...

page 2 de 2 -

Générateur de miniatures