Depuis hier les médias se déchaînent pour annoncer que le gouvernement grec d'Alexis Tsipras a dû céder devant les exigences de Bruxelles. Reconnaître que la Grèce ait pu un tant soit peu tenir tête à la troïka et tout le discours sur l'impossibilité d'autres choix économiques serait invalidé. Or que pouvait faire le gouvernement d'Alexis Tsipras : rompre immédiatement avec la sortie de l'euro à la clé et l'inconnu quant aux conséquences sur le niveau de vie des grecs ? Il avait fait campagne sur le maintien dans l'euro. Il a respecté cet engagement. Il a donc négocié pied à pied pour gagner du temps et des marges de manœuvre dans le but de mettre en œuvre son programme. Mais les médias libéraux, laudateurs des coupes budgétaires, des baisses de salaires et pensions de retraite et de la réduction du nombre de fonctionnaires ne peuvent évidemment accepter qu'un gouvernement résiste à un tel programme. Il faut dénoncer inlassablement les mots et expressions qu'ils utilisent car ils sont révélateurs de la volonté d'écraser, de soumettre : « Tsipras se plie aux exigences de Bruxelles , « reddition de Tsipras » ...

La question est donc de savoir si cet accord réduit largement ou non la capacité du nouveau gouvernement à atteindre ses objectifs à long terme : rompre avec l'austérité, relancer l'économie, en finir avec le clientélisme et l'oligarchie économique. Il ne faut pas non plus oublier ce à quoi la Grèce a échappé : les exigences de la troïka et le plan du précédent gouvernement présenté en novembre. C'est en ayant ces critères en tête qu'il faut examiner la lettre envoyée par Yanis Varoufakis, le ministre hellénique des Finances à Jeroen Dijsselbloem, son homologue néerlandais et président de l'Eurogroupe.