Le Parti de Gauche se prononce sans ambiguïté en faveur de la sortie progressive du nucléaire par la planification écologique. Le scénario négaWatt fournit une première base de travail pour réaliser cette transition énergétique tout en atteignant les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Parmi les premières mesures à prendre, avec l'arrêt des projets EPR, il y a la fermeture de la plus ancienne centrale en service, qui plus est située en zone sismique : celle de Fessenheim. Or, ce matin, un article de presse laissait entendre que nous allions la subir encore dix ans de plus ! J'ai réagi, au nom du PG, par le communiqué de presse ci-dessous.


Fessenheim doit fermer immédiatement !

Les révélations publiées aujourd'hui par Le Figaro sont inquiétantes. La décision de l'autorité de sûreté du nucléaire de prolonger de 10 ans la durée de vie de Fessenheim serait une énorme erreur.

Cette centrale est aujourd'hui la plus vieille centrale française en activité. Fessenheim est de plus soumise à des risques sismique et d'inondation. Pourquoi cherche-t-on absolument à prolonger sa durée de vie ? La recherche du profit ne peut plus primer sur les impératifs écologiques.

Alors que l'Allemagne a décidé de sortir du nucléaire, alors que les Italiens ont exprimé le même souhait lors d'un référendum, serons-nous les derniers à comprendre que la sortie du nucléaire est inévitable ?

Elle ne se fera pas du jour au lendemain et doit donc être planifiée dès maintenant. L'arrêt immédiat de Fessenheim doit être le premier pas vers une nouvelle politique énergétique pour notre pays.