Voici le communiqué que j'ai adressé à la presse, au nom du Parti de Gauche, en réaction à l'intervention télévisée de Sarkozy hier soir.


Un tour de passe passe pour masquer l'échec du gouvernement

Nicolas Sarkozy n'a eu aucun mot pour s'excuser sur le comportement de ses ministres : ni sur le mélange des genres de Michèle Alliot-Marie ni sur les condamnations judiciaires de Brice Hortefeux.

Quant à la situation en Tunisie, en Égypte, en Libye et dans les autres pays qui aujourd'hui se soulèvent pour leurs libertés au nom de valeurs universelles, on retiendra de son intervention l'utilisation une fois de plus de la peur de l'immigration. Il accrédite la thèse selon laquelle ces régimes dictatoriaux auraient constitué un rempart contre l'intégrisme. En cherchant à expliquer le changement des ministres de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires Étrangères par les révolutions arabes, il mêle mot d'excuse ridicule et amalgame dangereux pour l'avenir. Le décalage est terrible ! Il n'hésite pas non plus à chercher à recycler son Union pour la Méditerranée qui a soutenu tous les dictateurs en place.

Il profite aussi de ce remaniement pour placer son âme damnée, Claude Guéant, aux manettes du ministère de l'Intérieur. C'est le signe que le Président de la République a besoin de toujours plus contrôler un mandat qui s'effiloche. Il est dans une confusion totale et ne peut plus la cacher.