La démocratie en aura quand même pris un coup dans cette histoire. Rappelons que Yannick Jadot avait milité pour une participation à la primaire de toute la gauche avec le PS. Faute d'obtenir l'accord de son mouvement, il s'était résigné à se présenter à la primaire EELV dont on nous a vanté la démocratie. Pourtant déjà des militants EELV avaient mis en doute sa volonté d'aller jusqu'au bout. Mais Jadot jurait ses grands dieux qu'il n'était pas question qu'il retire sa candidature.

Le vote après coup : une spécialité d'EELV

On voit comment tout cela se termine. Les négociations avec Hamon étaient déjà lancées publiquement que les participants à la primaire EELV étaient appelés à voter pour savoir s'ils étaient d'accord. Drôle de démocratie. Puis Yannick Jadot annonce en direct au 20h de France 2 le 23 février le retrait de sa candidature sans que les mêmes votants aient été consultés. Pour se rattraper une consultation est organisée en catastrophe alors qu'écœurés plusieurs militants EELV annoncent leur démission sur les réseaux sociaux.

Le résultat de cette consultation est significatif : 9 433 votants sur 17 146 inscrits à la primaire soit une participation de 55% contre 13 778 votants lors du premier tour de la primaire soit 3345 votants de moins. Les militants ont donc voté avec leurs pieds. Pour ceux qui ont exprimé une opinion, 80% ont voté pour l'accord et le retrait de Yannick Jadot soit environ 7500 votants pour, 15% ont voté contre, 5% se sont abstenus.

Depuis la candidature de René Dumont en 1974, ce sera la première fois que les Verts ne présenteront pas de candidat à l'élection présidentielle.

Quel accord ? Et pour quelle majorité ?