Mercredi, 17 février 2016

2017 : L'alibi du Programme d'abord

Lorsque la période politique est difficile, les réponses complexes, et que la mobilisation se fait désirer, nous avons tous tendance à tomber dans des discours plus creux et plus ampoulés les uns que les autres et à user sans modération de la langue de bois.

Ainsi en ce moment dans « l'autre gauche », il faut organiser du débat et de préférence un Grand débat sinon cela ne fait pas crédible. Vous avez déjà vu quelqu'un annoncer qu'il va organiser un petit débat ? Ensuite il faut prévoir des réunions, par centaines pour que cela fasse sérieux. Et ouvertes évidemment. Et pour décider quoi ? Pour discuter programme. Il faut débattre du programme en premier nous assène-t-on. Bon, mais dans quel but ? Pour définir un programme pour la présidentielle. Mais la présidentielle, avec qui, a-t-on envie de demander tout de suite ? Halte-là pas d'exclusive, nous répond-on. Le Programme, c'est fondamental.

Lire la suite...

Dimanche, 31 janvier 2016

Primaires : et si on arrêtait de faire semblant ?

De rebondissements en rebondissements, il y a largement de quoi s'y perdre. L'appel lancé par 40 personnalités pour des « primaires de la gauche et des écologistes » s'adressait à tous y compris Hollande, Valls, Macron et ceux qui soutiennent la politique du gouvernement. C'était déjà surprenant de pouvoir imaginer organiser une primaire avec F. Hollande, en raison de son statut, ou encore plus à cause des politiques qu'il mène. D'où dès le début une ambiguïté entre ceux qui voulaient en faire un instrument du renforcement de la nouvelle candidature de F. Hollande et ceux qui au contraire espèrent ainsi le pousser vers la sortie pour y mettre quelqu'un d'autre du PS.

Toute la gauche était ainsi sommée de participer et d' accepter de soutenir le vainqueur quel qu'il soit y compris le président sortant.

Il est donc très étrange de partir du principe que des forces qui ont des positionnements politiques très distincts, ayant présenté des candidats différents en 2012 au premier tour (F. Hollande, JL Mélenchon, Eva Joly) doivent s'associer dans une primaire sans que soient définis préalablement les grands axes d'un projet politique commun. Ou autrement dit, les divergences avec le gouvernement PS au pouvoir ne se limitent pas pour nous à la déchéance de nationalité. Elles sont bien plus importantes.

Lire la suite...

Générateur de miniatures