Dès lors que l'inflation atteint 2 %, une revalorisation du SMIC est obligatoire. Le gouvernement a la possibilité de décider d'aller plus loin, c'est le fameux "coup de pouce"... aux abonnés absents depuis cinq ans ! Une hausse avait été refusée au 1er juillet, mais pouvait intervenir au 1er août, sous réserve que les 2 % soient atteints (avec une base de calcul de l'inflation qui laisse songeur quand on passe à la caisse). Pour 0,04 % de différence, le gouvernement a eu la mesquinerie de refuser toute revalorisation.

Voici la réaction que j'ai adressée à la presse au nom du Parti de Gauche.


Blocage du SMIC mais pas des prix

Ouf ! semblait dire ce matin le Premier ministre, il n'y aura pas de revalorisation du SMIC, l'inflation n'atteint « que » 1,96%.

Cette situation est choquante alors que les revenus des plus riches de ce pays ne cessent de s'envoler et que l'impôt sur la fortune vient d'être largement amputé. Le SMIC restera encore à 1073 euros net mensuels pour un temps plein.

Cela fait maintenant 5 ans qu'il n'y a eu aucun de coup de pouce. Il est vrai que pour la droite et le MEDEF, le SMIC est encore trop élevé.

A l'inverse de la politique menée, le SMIC doit être réévalué rapidement à 1600 euros net. Les 3 millions de Smicards et plus largement la moitié des de salariés qui gagnent moins de 1600 euros en ont un besoin urgent pour boucler leurs fins de mois.

Le quinquennat de Sarkozy est et restera celui des riches et même des très riches.