Jeudi, 21 avril 2016

Tchernobyl 26 avril 1986 : plus jamais ça ? oui en sortant du nucléaire

C'était il y a 30 ans, la plus effroyable catastrophe nucléaire. Hélas ce ne fut pas la dernière puisque Fukushima a eu lieu le 11 mars 2011. Il suffit qu'existe une centrale nucléaire existe pour que le risque de catastrophe perdure. Il est donc indispensable de tourner la page et de sortir du nucléaire.

Tcherno23

Ce week-end un peu partout en France auront lieu des mobilisations pour exiger cette sortie.

A Paris samedi de 9h du matin à minuit une conférence fera le tour du sujet à la mairie du 2ème.

Vous pouvez trouver toutes les informations avec le lien suivant ci-dessous. J'y prendrais la parole vers 16h.

Détail de la journée :

Vous pouvez aussi lire le billet de Jean-Luc Mélenchon sur son blog sur la nécessité d'en finir avec le nucléaire

Lire la suite...

Lundi, 7 mars 2016

Nucléaire : EPR, prolongation des centrales, il est urgent d'arrêter

Longtemps les tenants du nucléaire nous ont vanté l'indépendance énergétique de la France, la sécurité du nucléaire, son faible coût par rapport aux autres énergies. Pour l'indépendance, on sait depuis le début que c'est une invention puisque la France doit importer l'uranium nécessaire et ce depuis la mine d'Arlit au Niger, exploitée depuis plus de 40 ans par Areva dans des conditions financières injustes pour le Niger et une exploitation qui se fait au détriment de la santé des populations locales.


Fukushima Tchernobyl

Les accidents de Tchernobyl, il y aura 30 ans ce 26 avril et de Fukushima, il y a 5 ans ce vendredi 11 mars, ont montré les limites de la sécurité et ce dans deux types de pays et d'économie très différents. Il suffit d'une centrale nucléaire pour qu'il y ait danger,

Aujourd'hui la sécurité des centrales nucléaires françaises est mise en cause y compris par des pays voisins. Ainsi le canton de Genève a déposé le 2 mars une plainte visant la centrale nucléaire du Bugey pour « mise en danger de la vie d’autrui et pollution des eaux ».
Quarante huit heures plus tard, la ministre allemande de l'environnement appelait à fermer la centrale de Fessenheim. Selon un expert allemand l'incident survenu le 9 avril 2014 aurait été “bien pire” qu’annoncé par les autorités françaises. Un réacteur aurait été momentanément incontrôlable et il aurait fallu procéder à son arrêt d'urgence.

De façon générale, les centrales nucléaires françaises ont pour certaines dépassé la durée de vie de 30 ans pour lesquelles elles ont été majoritairement conçues. Et les incidents sont permanents.

Les groupes électrogènes de secours ne sont pas fiables en cas d'accident

On nous explique que cela n'a pas d'importance et à la demande d'EDF, Ségolène Royal a donné son accord pour une prolongation de 10 ans de plus, soit une durée de vie de 50 ans au lieu des 40 ans qui sont maintenant devenus la norme. L'argument avancé ? Elles « sont déjà amorties, donc produiront une électricité meilleur marché ». Le mythe du nucléaire qui permettrait une électricité bon marché nous est servi depuis des décennies. Mais la sécurité ? Bien sûr nous dit-on l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) doit donner son avis. Mais on aurait pu attendre d'une ministre de l'environnement qu'elle place en premier la sécurité et non la rentabilité financière.


Lire la suite...

Vendredi, 9 septembre 2011

Une semaine ordinaire entre rentrée et justice à deux vitesses

Lorsqu'on parle de rentrée, on pense souvent à rentrée scolaire. Comme tous les ans, le ministre de l'Éducation nationale se félicite qu'elle se soit bien passée. Pour les enseignants et les parents, la vision est nettement moins rose.

Classes surchargées et coupes dans les enseignements considérés comme non prioritaires sont la conséquence de la diminution du nombre d'enseignants planifiée par l'UMP. Petit pas par petit pas, nous nous dirigeons de plus en plus vers une école à deux vitesses. La quasi suppression de la carte scolaire a fait fuir des banlieues populaires les meilleurs élèves ainsi que tous ceux dont les familles ont des possibilités pour se trouver une autre domiciliation. La réduction du nombre d'enseignants frappe de façon plus importante les établissements déjà en difficulté que ceux des centres villes.

La rentrée, c'est aussi le budget rectificatif 2011 dont la principale mesure, la taxation des mutuelles, va provoquer une augmentation de leurs tarifs. À côté, le marchandage sur le prix des entrées dans les parcs d'attraction, ou sur la taxation des chambres d'hôtel de luxe, apparaît indécent. Mais les élus locaux UMP sont plus vifs à défendre Walt Disney que la santé de leurs concitoyens. L'accès à la santé pour les familles à petit revenu sera encore une fois un peu plus dégradé.

La rentrée, ce sont aussi les plans de licenciement ou de fermeture d'entreprises qui repartent de plus belle.

Et la justice s'abat sur toutes celles et tous ceux qui essaient de résister : les Fralib à Géménos, mais Unilever a été débouté, les onze postiers des Hauts-de-Seine (dont Olivier Besancenot) qui pour avoir retenu quelques heures leurs supérieurs hiérarchiques, se voient condamnés pour séquestration et risquent ainsi de se voir révoqués ou licenciés selon leur statut.

Ce sont aussi les Déboulonneurs, qui se voient condamnés par jugement du 7 septembre pour avoir barbouillé des panneaux publicitaires (100 euros d'amende pour l'un, peine prononcée en mars 2012 pour sept autres, et 800 euros de dommages et intérêts au profit des publicitaires).

Ainsi, dans tous ces cas, la main de la justice ne tremble pas. Mais lorsqu'il s'agit de rechercher la responsabilité de l'épidémie de cancers suite à la catastrophe de Tchernobyl, là la justice se fait timide. Il ne serait pas possible de quantifier les conséquences sanitaires du passage du nuage radioactif sur la France. Rappelez-vous : en avril 1986, le professeur Pellerin affirme sur toutes les chaînes de télévision qu'il n'y a aucun risque, même pas d'ailleurs sur le site même de l'accident. La France est le seul pays d'Europe où un scientifique osera affirmer que le nuage s'est arrêté aux frontières nationales. Par son irresponsabilité et son aveuglement pro-nucléaire, Pellerin empêchera toute mise en œuvre de mesures de précaution. Il est donc à ce titre responsable de l'existence de nombreux malades de la thyroïde consécutifs à cette contamination. Lui a bénéficié d'un non-lieu.

Générateur de miniatures