Cela concerne directement 18 millions de salarié.e .s du secteur privé mais avec les familles bien plus de citoyens sans compter que tout recul dans un secteur se propage vite aux autres secteurs dont le secteur public par un matraquage idéologique opposant les fonctionnaires soit-disant « privilégiés » et le reste des salarié.e.s

Objectif annoncé par le gouvernement sous un nom trompeur : Renforcer le dialogue social

Le Code du travail serait trop gros 3000 pages en réalité 675 p le reste est de la jurisprudence (Code des assurances 2092)

Il faudrait une baisse des coûts et des charges pesant sur les entreprises

Cela passerait par plus de liberté, d'égalité, de sécurité selon le site du ministère du travail

Que va-t-il en réalité se passer ?

Une baisse des protections et un accroissement de la précarité alors que la France est championne d’Europe des dividendes versés aux actionnaires : 35 milliards ont ainsi été distribués par les grandes entreprises au deuxième trimestre 2016, soit une hausse de 11 % en un an et que selon l'OCDE les mesures fiscales vont profiter aux 10% les plus riches.

Avec l'ubérisation il s'agit de la poursuite d'une individualisation des rapports sociaux. Il ne faut pas oublier que certains au Medef voudraient la suppression d'un droit spécifique du travail et faire relever les contrats de travail du droit courant des contrats présent dans le code civil.

Les mesures qu'on retrouve viennent des 44 propositions du Medef parues en 2004 issues du rapport Virville à l'époque DRH Renault sur la modernisation du droit du travail. Beaucoup ont été mises en œuvre sous Chirac, Sarkozy puis Hollande. Ces ordonnances viennent répondre aux exigences non encore satisfaites.