Mardi, 12 juin 2012

Second tour des législatives

Le 6 mai, vous vous êtes mobilisé-e-s pour chasser Nicolas Sarkozy et en finir avec les politiques de régression sociale, écologique et démocratique de ces dix dernières années. Les 4 millions de voix du Front de Gauche ont largement participé de cette victoire. Le 17 juin, vous voterez pour le second tour des élections législatives. Dans notre circonscription, je vous appelle à ne pas envoyer un député de l'UMP à l'Assemblée nationale et en conséquence à voter pour Seybah Dagoma, candidate du Parti Socialiste.

Lundi, 14 mai 2012

Législatives : attention au nouveau découpage

Les 10 et 17 juin prochain, se tiendront les élections pour renouveler l'Assemblée nationale. Par rapport à 2007, plusieurs modifications ont eu lieu. Il y a toujours 577 circonscriptions mais suite à l'augmentation de la population depuis le dernier découpage (le fameux découpage Pasqua de 1986), à sa répartition différente sur le territoire national ainsi qu'à la création de onze sièges de députés de l'étranger élus par les Français expatriés, Paris perd trois député-e-s et n'en aura dorénavant plus que dix-huit au lieu de vingt-et-un.

Dans le cadre de ce nouveau découpage (ou plus exactement charcutage Marleix), la 1ère circonscription de Paris qui regroupait les quatre premiers arrondissements a été supprimée. Monsieur Legaret, maire UMP du 1er arrondissement, mauvais perdant de 2002 et 2007, en a révélé la raison à l'AFP : l'UMP estimait ne pas pouvoir la reprendre. Cela ne lui aura pas servi pour autant, car il ne sera plus du tout candidat cette fois-ci.

La répartition des arrondissements du centre de Paris se fait donc de la façon suivante :

  • les 1er et 2e arrondissements sont regroupés avec le 8e et une partie du 9e pour constituer la nouvelle 1ère circonscription
  • le 4e arrondissement est regroupé avec une partie du 11e et une partie du 12e arrondissement pour faire la nouvelle 7e circonscription
  • le 3e arrondissement est regroupé avec le 10e dans la nouvelle 5e circonscription.

Ce blog ayant comme objet de rendre compte de mes activités de députée, conformément à la législation, il ne peut contenir d'autres informations concernant ces élections législatives, et notamment sur la campagne électorale - pas même l'adresse de mon nouveau blog.

Vendredi, 13 avril 2012

Arkema : réponses aux syndicalistes

Arkema, c'est le n°1 de la chimie en France. 500 millions d'euros de bénéfices en 2011, 17,5 % de rentabilité... Sans doute pas assez pour les actionnaires qui veulent se défaire de la branche qui fabrique du PVC (1800 employés en France, 2600 dans le monde). Et qui la bradent à 1 € ! Un euro symbolique du mépris des patrons d'Arkema pour le personnel qui les fait vivre, et dans l'aisance ! Le repreneur pressenti est l'un de ces vautours de la finance qui liquident des entreprises tout en jonglant entre les paradis fiscaux.

Venus à Paris pour faire le tour des QG de campagne, les syndicalistes d'Arkema étaient accompagnés d'une équipe de la section vidéo du journal Fakir et de Là-bas si j'y suis. Je les ai rencontrés par hasard dans le métro, me rendant moi-même à l'Usine. Vous retrouverez le reportage sur le site de Fakir et sur celui de Là-bas.

Je vous laisse apprécier les réponses reçues dans cette vidéo.





Vendredi, 9 mars 2012

Le président des privilèges

En dépit de ce que le gouvernement essaie de faire croire aux Français, le constat dressé par plusieurs études est là, implacable et sans appel : Nicolas Sarkozy a réellement été le président qui a accordé d'innombrables privilèges aux entreprises et ménages les plus aisés. Entre 2007 et 2011, 84 milliards d'euros ont été redistribués par l'État vers les ménages, les ménages aisés et les entreprises, dans des proportions qui montrent les priorités qui ont été celles du gouvernement. Chiffres à l'appui, la démonstration apporte la confirmation que Nicolas Sarkozy a délibérément choisi d'aider ceux qui en avaient le moins besoin.

Lire la suite...

Jeudi, 26 janvier 2012

Intervention sur les dons d'heures de RTT

Solidarité individuelle ou solidarité nationale ? Telle est la question posée par la proposition de loi déposée par un député UMP "visant à permettre aux salariés de faire don d’heures de réduction de temps de travail ou de récupération à un parent d’un enfant gravement malade." Partant de l'expérience vécue dans une entreprise, où les salariés ont fait bénéficier un collègue de 170 jours de congés, pris sur leurs RTT, pour lui permettre de s'occuper de son enfant atteint d'un cancer en phase terminale, le député Salen a proposé un texte généralisant de telles pratiques.

Mais aussi admirable que soit le geste de solidarité cité en exemple, il n'est pas aussi aisément reproductible, selon la taille de l'entreprise, la situation des salariés, surtout en période de crise... Et dans un pays comme la France, la solidarité nationale peut très bien permettre une prise en charge de tels congés exceptionnels, de manière beaucoup plus sûre et égalitaire.

C'est le sens de mon intervention en discussion générale, hier après-midi. Voici la vidéo.





Vous pouvez retrouver ci-dessous le texte tel que retranscrit dans le compte-rendu officiel.

Lire la suite...

- page 1 de 7

Générateur de miniatures