Partout dans le monde (Brésil, Philippines, Pologne, France ..) nous assistons à un changement d'époque. L'ultralibéralisme se dote maintenant de pouvoirs autoritaires pour mener à bien ses politiques de prédation sur la nature et les humains. Mais tenaillé par l'impératif du profit, il abandonne peu à peu les apparences démocratiques jusqu'ici plus ou moins respectées par la bourgeoisie.

En France, l'oligarchie s'est lassée de compter sur les partis traditionnels, prodigues en promesses avant d'arriver au pouvoir mais en oubliant une partie ensuite. Cette fois-ci elle s'est choisie un président issu de ses rangs, la finance. La France tardait trop à appliquer les politiques ultralibérales prônées par l'Union européenne. Il fallait accélérer la rupture mais pour cela il était nécessaire de museler toute opposition que ce soit sociale ou politique. C'est la mission de Macron. Dès la nomination du premier gouvernement, les orientations libérales à droite étaient claires avec la nomination du premier ministre, du ministre de l'économie et celui du budget, tous trois issus de la droite.