Vendredi, 4 mai 2012

Abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel = l'impunité pour plusieurs mois

Le Conseil constitutionnel vient de prendre une décision lourde de conséquences pour les femmes.

Voici le communiqué que Delphine Beauvois, Secrétaire nationale du Parti de Gauche en charge de l'égalité femmes-hommes, et moi-même venons d'envoyer à la presse.


Abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel = l'impunité pour plusieurs mois

Le Conseil constitutionnel, suite à une question prioritaire de constitutionnalité déposée au nom d'un élu et ancien ministre poursuivi pour harcèlement contre trois femmes, vient d'abroger la loi contre le harcèlement sexuel. Pour la première fois dans l'histoire des avancées des droits des femmes, une loi est abrogée et ce vingt ans après avoir été votée. Cette abrogation entraîne l'annulation de toutes les poursuites en cours !

Certes la loi était insuffisante et se retournait parfois contre les femmes accusées de dénonciation calomnieuse. Mais au lieu de l'améliorer, vingt ans de luttes pour faire reculer l'impunité dont profitent des hommes agresseurs, souvent en position de pouvoir que ce soit économique, politique ou autre, sont effacés d'un coup au détriment des femmes. Pourtant le Conseil Constitutionnel sait qu'une nouvelle loi ne pourra pas être votée dans les semaines qui viennent. Les femmes vont donc rester des mois sans protection.

C'est irresponsable et un signe de mépris envers les femmes victimes de harcèlement.

Une nouvelle loi devra donc être votée en urgence dès l'été. Les députés du Front de Gauche s'y engagent.

Ajout à 17h43

Les associations féministes appellent à un rassemblement demain matin, samedi 5 mai, à 11h, place Colette dans le 1er arrondissement (à proximité du Conseil constitutionnel) pour réclamer une nouvelle loi au plus vite. Vous pourrez télécharger l'appel en cliquant sur ce lien. J'en suis cosignataire, ainsi que le PG.

Vendredi, 17 février 2012

Sexisme dans les médias : l'invisibilité des femmes

Une camarade militante s'est livrée à une expérience intéressante : elle a compté les femmes et les hommes invité-e-s à s'exprimer dans l'émission "C dans l'air", sur France 5. Résultat sans appel, en janvier 2012, au cours des 22 émissions du mois, tout juste 5,45 % de femmes ! Vous pouvez télécharger le tableau complet en cliquant ici. Forte de ce constat, elle a protesté via la site internet de France 5. Elle a obtenu une réponse du "Directeur délégué en charge de la communication Relationnelle" (sic), qui vaut le détour. Extrait :

Les équipes de rédaction en charge des magazines politiques ou d’actualités ont le souci de rechercher les personnalités les plus compétentes - homme comme femme - pour vous offrir les analyses les plus pertinentes.

Il ne saurait évidemment y avoir dans cette démarche une quelconque approche sexiste ou discriminante.

Ben voyons ! Si près de 95 % d'hommes sont invités pour parler politique, crise, économie, finance, c'est juste parce que ces Messieurs sont plus compétents ! Mais rien de sexiste là-dedans ! L'auteur de ces lignes s'est-il rendu compte de l'archaïsme de son argumentaire ?

Lire la suite...

Jeudi, 16 février 2012

Victoire pour les Matermittentes !

Mercredi 15 février, le Tribunal des affaires de la sécurité sociale a rendu son délibéré dans une affaire qui opposait une intermittente du spectacle à la sécurité sociale. La requête de la plaignante, soutenue par le collectif des Matermittentes, faisait suite à l'absence d'indemnisation de son congé maternité par la Caisse primaire d'assurance maladie de Paris. Sa plainte ayant été jugée recevable, c'est une belle victoire pour le droit de chacun de bénéficier d'une protection sociale cohérente.

Lire la suite...

Mercredi, 8 février 2012

Question au gouvernement : difficultés d'accès et de prise en charge de l'IVG

En France, aujourd'hui, de vrais risques pèsent sur l'accès et la prise en charge de l'IVG pour les femmes. La désertification médicale, due à la politique du gouvernement et notamment à la loi HPST votée en 2009, réduit le nombre de centres d'accueil. Délais d'attente et tarifs augmentent dangereusement pour les femmes choisissant l'avortement. J'ai donc décidé d'interpeller le ministre de la Santé sur ces questions.

Voici la vidéo de l'échange avec la Secrétaire d'État qui a répondu,





et ci-dessous le compte-rendu.

Lire la suite...

Mardi, 22 novembre 2011

Vote sur la prescription des propos homophobes, sexistes et handiphobes

Jeudi dernier, nous avions examiné en séance la proposition de loi visant à aligner, dans le domaine de la presse, les réponses juridiques aux provocations à la haine, à la violence et à la discrimination en matière de propos homophobes, sexistes et handiphobes sur ceux en vigueur en cas de propos racistes. J'en avais rendu compte ici.

Le gouvernement ayant réservé le vote, pour s'assurer d'une majorité dans l'hémicycle sans contraindre les député-e-s de la majorité à se déplacer jeudi, c'est cet après-midi que je suis intervenue pour donner notre explication de vote. Voici la vidéo.





C'est une version tronquée du texte initial qui a été adoptée, conformément aux demandes du gouvernement.

- page 1 de 3

Générateur de miniatures