Mercredi, 16 mars 2011

Une constitution FMI ? Non merci !

L'offensive libérale contre la souveraineté du peuple continue ! En cohérence avec le "semestre européen", déjà évoqué dans ce billet et celui-ci, ainsi qu'à l'occasion d'une question au gouvernement, il s'agit maintenant pour l'équipe au pouvoir de constitutionnaliser leurs dogmes budgétaires.

Voici le communiqué de presse que j'ai rédigé suite au Conseil des ministres de ce matin.


Une constitution FMI ? Non merci !

Le gouvernement vient d'annoncer le dépôt d'un projet de loi visant à inscrire dans notre Constitution une « règle d'or » en matière d'équilibre budgétaire. Le but est clair : graver dans le marbre de la Constitution les politiques chères aux libéraux. Les propositions contenues dans cette loi émanent d'ailleurs directement de l'ancien président du FMI, Michel Camdessus. Elles font partie du pacte de compétitivité que l'Union européenne veut imposer aux peuples des 27 pays.

Il s'agit ainsi d'encadrer la politique du prochain gouvernement, quelle que soit la majorité qui sortira des urnes en 2012, pour empêcher toute politique de rupture avec l'orthodoxie libérale promue par la commission européenne.

Plutôt que d'inscrire cette " règle d'or " dans notre Constitution, le gouvernement ferait mieux de revenir sur sa politique en matière de niches fiscales et sociales. Car, aujourd'hui, l'ensemble de ces exonérations représentent un montant supérieur au déficit annuel français !

L'ingérence du FMI dans les choix politiques et économiques des États doit stopper. La souveraineté du peuple en matière budgétaire est un principe fondamental. La contourner constituerait un véritable recul démocratique.

Mercredi, 29 septembre 2010

Un budget d'austérité sur le dos des Français

Voici le communiqué que je viens d'adresser à la presse, en réaction aux annonces gouvernementales sur le budget 2011.


Un budget d'austérité sur le dos des Français

Outre une hypothèse de croissance à laquelle personne ne croit, ce projet de budget revient à limer 20 niches fiscales, pas forcément les plus scandaleuses, et à faucher les effectifs dans la fonction publique.

Le gouvernement reprend les mêmes recettes budgétaires qui font payer aux Français les effets de sa politique. Il s'agit d'un véritable budget d'austérité pour les citoyens qui continue de faire la part belle aux plus riches.

Il ponctionne le logement social, étouffe les collectivités locales et continue de supprimer des emplois dans l'Éducation Nationale alors que les classes explosent.

Comme disait Sarkozy, « l'environnement, ça commence à bien faire ! ». Et d'ailleurs, le budget du ministère de l'Écologie est en baisse de plus de 4%, parmi les 22 niches rabotées, 2 concernent l'environnement dont celle sur les équipements d'efficacité énergétique. Le Grenelle terminé, l'écologie est passée de mode.

9,4 milliards d'euros de réductions sur les niches fiscales sont ridicules alors que la « niche Copé » a coûté la bagatelle de 20 milliards d'euros en trois ans.

Mardi, 28 septembre 2010

Deux poids, deux mesures !

Voici le communiqué que j'ai adressé à la presse hier, en réaction à l'annonce de la suppression de l'avantage fiscal pour les jeunes mariés ou pacsés.


Deux poids, deux mesures !

Le gouvernement serait-il capable de répondre à la question suivante : « un kilo de plomb et un kilo de plume ont-ils le même poids ? ». Il est possible d'en douter.

En effet, depuis plusieurs mois, le gouvernement refuse de revenir sur le « bouclier fiscal » – plus de 500 millions d'euros remboursés aux principales fortunes françaises – en expliquant que sa suppression n'aurait que peu d'impact sur le budget de la France. Dans le même temps, le gouvernement annonce sa volonté de supprimer l'avantage fiscal pour les jeunes mariés afin de récupérer 500 millions d'euros. Cherchez l'erreur !

Faut-il en déduire que pour le gouvernement 500 millions d'euros n'ont pas toujours la même valeur ? Ou faut-il y voir le signe d'un gouvernement qui cherche à tout prix à protéger les intérêts des « 1169 familles » les plus fortunées au détriment de la majorité des français ?

Le Parti de Gauche dénonce le deux poids deux mesures selon qu'on est fortuné ou récemment marié ou pacsé.

Mercredi, 22 septembre 2010

La France insupportable des 1 169 familles

En fin de semaine dernière, les données sur la réalité du bouclier fiscal sont tombées. Dans le même temps, de nouvelles mesures d'austérité étaient annoncées pour le budget de la Sécurité sociale, toujours au détriment des assuré-e-s.

Voici le communiqué que j'ai adressé à la presse.


La France insupportable des 1 169 familles

Les contribuables les plus riches se sont vus attribuer 91% des montants du bouclier fiscal. Leurs représentants au pouvoir continuent de défendre bec et ongle leurs intérêts sur le dos des Français.

21 % d'augmentation en un an pour le bouclier fiscal, ce sont pas moins de 623 millions d'euros empochés en 2009 par quelques contribuables.

Et pourtant Christine Lagarde continue de trouver juste que 1 169 familles se voient restituer 423 millions d'euros quand il s'agit du montant exact de la facture prise aux Français pour leurs dépenses de santé.

La ministre de la Santé affirme que ce sont des « pistes non arbitrées » ? Nicolas Sarkozy avait juré qu'il ne toucherait pas à la retraite à 60 ans.

Ces pratiques sont intolérables quand des millions des Français sont en grande difficulté financière.

La justice ce n'est pas que les pauvres paient pour les rentiers. Les député-e-s du Parti de Gauche déposeront un amendement de suppression du bouclier fiscal.

page 2 de 2 -

Générateur de miniatures