Mercredi, 2 mai 2012

L'antidote d'ATD Quart Monde

Dans la campagne présidentielle, le poison du mensonge s'est répandu. En fait, depuis des mois et des années, les mensonges se sont multipliés contre les chômeurs, les précaires, les étrangers présents en France...

L'association ATD Quart Monde vient de prendre une initiative salutaire. Elle a réalisé un relevé des données, et les publie dans un quatre-pages destiné à remettre les pendules à l'heure, sources à l'appui de ces données. Vous pouvez le télécharger en cliquant sur ce lien ou sur l'image : Idees_recues.jpg Sa diffusion est fortement recommandée !

Mercredi, 18 avril 2012

Pour la baisse des loyers

La question du logement est centrale dans les préoccupations de nos concitoyen-ne-s. Les prix dans le privé se sont envolés, et même dans le secteur social, les logements créés depuis 1981, même ceux destinés aux moins fortunés, ont des loyers trop élevés pour les revenus de celles et ceux auxquels ils sont destinés. C'est le Haut comité au logement des personnes défavorisées (HCLPD) qui en fait le constat dans cette note !

Le Front de Gauche propose un mécanisme permettant une baisse des loyers. Je vous recommande la tribune de Romain Biessy et Maël Goepfert sur Médiapart.

Mardi, 13 mars 2012

Répression syndicale à SNI

L'an dernier, je vous avais déjà relaté le conflit social à SNI et Adoma, dans ce billet.

Suivant un schéma désormais classique, après la lutte est venue la répression. L'un des animateurs de l'intersyndicale a été visé par une mesure de licenciement, sous des prétextes assez fallacieux pour que l'Inspection du Travail oppose son refus. L'acharnement de la direction de SNI est telle qu'elle a fait appel au ministre du Travail. Lequel, une fois de plus, a donné raison au patron contre ses propres services.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué que j'ai adressé à la presse juste avant de filer à la gare pour le meeting d'Orléans. Je ne pourrai pas être présente au rassemblement de demain matin, mais si vous en avez la possibilité, n'hésitez pas à aller témoigner votre solidarité à Marc Boucoiran, dès huit heures au siège de Sni, 102 avenue de France dans le 13e arrondissement.


Stop à la répression contre les syndicalistes à Sni ! Solidarité avec Marc Boucoiran !

Le groupe Société nationale immobilière (Sni, filiale de la Caisse des dépôts et consignations), détenteur de 300 000 logements dont 200 000 logements sociaux, actionnaire majoritaire d'Adoma (ex-Sonacotra), joue un rôle majeur dans le domaine du logement social. Sous la direction de Monsieur André Yché, l'homme qui conseille à Nicolas Sarkozy de vendre 10 % du parc social pour financer la réhabilitation des autres logements, Sni a été confrontée l'an dernier à une restructuration brutale, avec vente de logements et de foyers et coupes dans les effectifs. Martine Billard avait alors reçu l'intersyndicale et apporté son soutien aux salariés en lutte tant pour leurs propres droits que pour ceux des locataires.

Depuis, la direction de SNI a tout fait pour obtenir le licenciement de Monsieur Marc Boucoiran, syndicaliste depuis vingt ans, aujourd'hui représentant de la section syndicale Snup-Fsu. Prenant prétexte un « abandon de poste » alors que Monsieur Boucoiran s'était vu retirer un mandat syndical mais n'en avait pas encore été informé, elle a lancé la procédure de licenciement, refusée par l'Inspection du Travail. En appel, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, vient de prendre la décision très politique de contredire son administration et d'autoriser ce licenciement.

Martine Billard assure Marc Boucoiran, son syndicat et l'intersyndicale de toute sa solidarité en tant que députée et que co-présidente du Parti de Gauche. Elle soutient le rassemblement organisé mercredi 14 mars à 8 heures au siège de Sni, 102 avenue de France dans le 13e arrondissement de Paris, à l'appel de l'intersyndicale Snup-Fsu / Cgt / Sud / Fo / Cfe-Cgc.

Le Front de Gauche et son candidat Jean-Luc Mélenchon n'acceptent pas la chasse aux syndicalistes ouverte dans toutes les entreprises où les salarié-e-s ont décidé de relever la tête et de lutter. Marc Boucoiran, comme tou-te-s les syndicalistes licencié-e-s contre l'avis de l'Inspection du Travail, doit retrouver son poste.

Vendredi, 9 mars 2012

Dans la rue contre les expulsions !

C'est jeudi 15 mars que prendra fin la trêve hivernale, qui a débuté le 1er novembre dernier. Durant cette période, un locataire ne peut être expulsé de son logement, et ce même si une décision d'expulsion a été prononcée à son encontre par la justice. À l'approche de la fin de la trêve hivernale, la Confédération nationale du logement (CNL) organise une semaine d'initiatives. La plateforme « Contre le logement cher », qui rassemble de nombreuses associations de soutien aux locataires, appelle à manifester samedi 10 mars. Départ place de la Bastille à 14h30, rendez-vous dès 14h à l'angle entre les rues des Tournelles et Saint Antoine pour le Résel Paris-centre et les locataires menacés d'expulsion. Comme tous les ans, je prendrai part à cette manifestation. D'autres auront également lieu dans toute la France.

Lire la suite...

Lundi, 30 janvier 2012

Jusqu'au bout, il fera des cadeaux au patronat

Au moins huit chaînes de télévision ont relayé hier soir les propos de Nicolas Sarkozy, futur candidat à la présidentielle utilisant sa fonction actuelle pour bénéficier d'un décor à la hauteur de son ambition. Son appétit pour les dorures n'a d'égal que sa servilité devant le Medef.

Voici la réaction que j'ai diffusée à la presse hier soir, au nom du Parti de Gauche.


Sous prétexte de renforcer la compétitivité de la France, Nicolas Sarkozy fait un cadeau de 13 milliards au patronat, et leur offre la possibilité de déroger au code du travail.

Depuis le temps que le Medef exigeait de sortir le temps de travail et le Smic de la loi, c'est chose faite !

Outre une augmentation du temps de travail et une baisse des salaires, les travailleurs devront affronter une hausse de la TVA, et renoncer à toute baisse des loyers. Ses mesures sur le logement vont permettre à ses amis d'agrandir leurs villas, mais sûrement pas de construire les logements sociaux qui manquent cruellement, et qu'il n'a même pas évoqué.

Décidément, le quinquennat de Nicolas Sarkozy se résume en une phrase : faire payer les plus modestes !

- page 1 de 3

Générateur de miniatures