Mardi, 8 novembre 2011

Quand l'UMP se croit propriétaire éternelle de la France !

Acculée par les déficits qu'elle n'a cessé de creuser depuis 2002, la droite ne cesse de renvoyer la responsabilité de la situation économique actuelle aux politiques des quelques gouvernements de Gauche depuis 1981.

Le ministre François Baroin a franchi le Rubicon en accusant les précédentes majorités de gauche d'être arrivées au pouvoir « par effraction », provoquant un incident sans précédent lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

La droite se sent tellement propriétaire de la France, que pour elle toute alternance démocratique du pouvoir est un vol des droits inaliénables de l'oligarchie.

Il est vraiment temps qu'ils dégagent !

Jeudi, 1 septembre 2011

Recadrons le débat sur la dette et le déficit

Dette, déficit et "règle d'or" ont animé le feuilleton de l'été. Nicolas Sarkozy a pris la pose du sauveur aux côtés d'Angela Merkel, en prétendant que la politique d'austérité qu'ils veulent imposer à toute l'Europe serait la solution face au grave danger de l'endettement. François Hollande l'a rejoint sur l'objectif de ramener le déficit budgétaire de la France à 3 % du PIB dès 2013, suivi de peu par Martine Aubry...

Mais est-ce bien sérieux ?

Cette question, sans doute iconoclaste pour les adeptes du credo libéral, est on ne peut plus légitime. Jean-Luc Mélenchon démontre l'absurdité du raisonnement et le tour de passe-passe de manière très pédagogique dans son billet La dette est un prétexte. Comme je ne ferais pas mieux, je vous renvoie à son blog.

Faire payer la crise par le peuple tout en demandant poliment quelques piécettes aux oligarques, cela passe concrètement, dans un premier temps, par un projet de loi de finances rectificatif. C'est pour voter ce texte que de séances extraordinaires de l'Assemblée sont prévues mardi prochain, l'après-midi et en nocturne. Une nouvelle occasion pour le gouvernement et l'Élysée de montrer en quelle estime ils tiennent le Parlement : projet de loi de finances dévoilé hier matin, amendements exigés avant 14 heures, passage en commission des Finances à 16 heures. Et aucune convocation de la commission des Affaires sociales à cette heure, même pour avis, alors que les conséquences sociales ne seront pas minces...

Vous pourrez prendre connaissance de la déclaration effectuée hier par Jean-Claude Sandrier, au nom des député-e-s du Front de Gauche, en cliquant sur ce lien.

Lundi, 6 juin 2011

La vidéo du débat avec Hervé Kempf

Si vous regrettez de n'avoir pu participer au débat

Revenu maximum, gaspillages minimum : une autre société est possible !

mardi dernier, voici la vidéo de l'intervention de Hervé Kempf et de la mienne.





Merci à la Télé de Gauche 77 d'avoir enregistré, monté et mis en ligne cet échange.

Mardi, 31 mai 2011

Ce soir au Brady : réunion avec Hervé Kempf

C'est ce soir à 20h que j'aurai le plaisir de débattre avec Hervé Kempf, auteur de L'oligarchie ça suffit, vive la démocratie, sur le thème

Revenu maximum, gaspillages minimum : une autre société est possible !

Vous êtes les bienvenu-e-s pour échanger avec nous !

11.05.31-H_Kempf___M_Billard.jpg

Jeudi, 26 mai 2011

e-G8 : lorsque l'oligarchie s'attaque à l'Internet

Voici le communiqué que j'ai adressé à la presse hier, au sujet de la rencontre dite "e-G8"


e-G8 : lorsque l'oligarchie s'attaque à l'Internet

L'avenir de l'Internet ne peut pas se décider entre grands chefs d'entreprises. Le “ e-G8 ” qui se tient actuellement à Paris n'est pas à la hauteur des enjeux actuels. Il ne s'agit que d'une initiative entièrement financée par des sponsors privés pour servir leurs propres intérêts.

Lorsque l'on sait que les principaux invités de cette réunion sont également les principaux milliardaires de la planète (Mark Zuckerberg, Rupert Murdoch ou encore Bill Gates), il y a tout à craindre sur les objectifs de cette initiative.

Peut-on sérieusement discuter de l'avenir de l'Internet uniquement entre chefs de grandes entreprises et sans même daigner inviter les autorités de régulation, les associations de défense des libertés ou encore les représentants de consommateurs ?

Face aux multinationales qui voient dans l'Internet une manne de profits mirobolants, il est urgent de défendre la neutralité du Net et de garantir un Internet libre et accessibles à tous, un Internet où les droits des citoyens sont protégés pour en faire un véritable outil d'émancipation.

- page 1 de 2

Générateur de miniatures