L'aile dure du Vatican a encore frappé, avec la complicité de l'UMP ! Alors que la recherche médicale sur les embryons est strictement encadrée au plan éthique et qu'elle est source de progrès dans la lutte contre la maladie et la mort, il aura suffit d'un peu d'agitation du côté des dignitaires catholiques les plus rétrogrades pour qu'aujourd'hui, à l'occasion des questions au gouvernement, Xavier Bertrand leur donne des gages...

Voici le communiqué que j'ai adressé à la presse en sortant de séance.


L'obscurantisme au détriment de la santé

Le Sénat vient d'autoriser la recherche encadrée sur l'embryon et la possibilité de diagnostic prénatal lors de l'examen du projet de loi bioéthique.

Pour l'église catholique, par la voix du cardinal archevêque de Paris, ce ne serait rien moins qu'un « recul de la civilisation », et un « eugénisme d'État ». Les grands mots sont de sortie.

Et ces déclarations ont tout de suite été suivies d'effets : le ministre Xavier Bertrand a annoncé aujourd'hui que le gouvernement s'opposait absolument à la recherche sur l'embryon.

Les recherches portent pourtant sur des embryons de moins de deux mois d'existence non prévus pour implantation, et non sur des foetus. Elles ont permis des avancées médicales notamment dans la lutte contre le cancer.

De nouveau, comme pour l'IVG, l'église catholique cherche à imposer sa conception de la vie humaine. Malheureusement le gouvernement cède une nouvelle fois au lobby catholique rétrograde.