Lundi, 30 janvier 2012

Jusqu'au bout, il fera des cadeaux au patronat

Au moins huit chaînes de télévision ont relayé hier soir les propos de Nicolas Sarkozy, futur candidat à la présidentielle utilisant sa fonction actuelle pour bénéficier d'un décor à la hauteur de son ambition. Son appétit pour les dorures n'a d'égal que sa servilité devant le Medef.

Voici la réaction que j'ai diffusée à la presse hier soir, au nom du Parti de Gauche.


Sous prétexte de renforcer la compétitivité de la France, Nicolas Sarkozy fait un cadeau de 13 milliards au patronat, et leur offre la possibilité de déroger au code du travail.

Depuis le temps que le Medef exigeait de sortir le temps de travail et le Smic de la loi, c'est chose faite !

Outre une augmentation du temps de travail et une baisse des salaires, les travailleurs devront affronter une hausse de la TVA, et renoncer à toute baisse des loyers. Ses mesures sur le logement vont permettre à ses amis d'agrandir leurs villas, mais sûrement pas de construire les logements sociaux qui manquent cruellement, et qu'il n'a même pas évoqué.

Décidément, le quinquennat de Nicolas Sarkozy se résume en une phrase : faire payer les plus modestes !

Jeudi, 10 novembre 2011

Le SMIC enfin !… mais tellement peu.

Contrairement aux cadeaux fait par milliards pour les riches, depuis 5 ans le SMIC n'a jamais bénéficié du moindre coup de pouce. Pourtant, cela fait plusieurs mois que l'inflation atteint le seuil de déclenchement de l'augmentation automatique du SMIC. Le gouvernement aura attendu d'être contraint par la loi pour enfin procéder à cette hausse. Mais ce sont autant de mois de perte de pouvoir d'achat du SMIC pour les salariés concernés..

L'augmentation, annoncée par la direction générale du travail, de 2,1% au 1er décembre, est inférieure à l'inflation sur un an d'octobre 2010 à octobre 2011 qui s'élève à 2,3%. Ils n'ont pu s'empêcher de mégoter !

Il est grand temps de tourner la page d'une majorité qui préfère enrichir toujours plus ceux qui ont déjà beaucoup au détriment des plus pauvres.

Mardi, 7 juin 2011

Question au gouvernement : Carrefour et la rémunération des salarié-e-s

Cet après-midi, j'ai questionné le gouvernement sur les conséquences pour les rémunérations des salarié-e-s de sa politique en faveur des actionnaires, en partant de l'exemple de Carrefour. Cette entreprise aux mains de Bernard Arnaud dégage des bénéfices considérables, joue de tous les arrangements possibles pour diminuer ses impôts mais refuse les hausses de salaires demandées par les syndicats, alors que l'immense majorité des salarié-e-s ne perçoivent guère plus que le SMIC.

Voici la vidéo de ma question et de la réponse de Xavier Bertrand.





Il est à noter que comme d'habitude, quand nous leur disons "salaire", ils répondent "prime"... et donc, ni stabilité, ni cotisations sociales. C'est ainsi que les libéraux creusent les déficits pour ensuite hurler à la faillite et prétendre justifier les régressions.

Mardi, 10 mai 2011

Plafonner les revenus de Laurent Wauquiez plutôt que les aides sociales

Vous trouverez ci-dessous le communiqué que nous avons adressé à la presse hier au nom du Parti de Gauche, avec Leila Chaibi, Secrétaire Nationale du PG à l'abolition du précariat, en réaction à la dernière provocation de Laurent Wauquiez.


Plafonner les revenus de Laurent Wauquiez plutôt que les aides sociales.

Laurent Wauquiez a annoncé qu’une proposition de loi allait être déposée visant à obliger les bénéficiaires du RSA à effectuer cinq heures de travaux d’intérêt général par semaine et à plafonner les aides sociales à 75% du SMIC, soit en dessous du seuil de pauvreté.

Pour Laurent Wauquiez, les allocataires du RSA, avec leurs 466€ mensuels, s'en mettraient plein les poches aux frais de la solidarité nationale, et au détriment de ceux qui travaillent. Alors que même un SMIC ne permet pas aujourd’hui de vivre dignement, plutôt que d’augmenter les salaires, Wauquiez s’attaque à celles et ceux qui n’y ont même pas droit !

Diviser les citoyens est en effet plus simple que de mener une politique de l'emploi permettant à tous d'avoir un revenu pour vivre et non survivre. Le véritable « cancer de la société française », ce sont les inégalités au profit des plus riches qui rongent les principes de solidarité de notre système social.

Si, comme le soutient Monsieur Wauquiez, il est des activités utiles à la société que le marché ne fournit pas, comme l'accueil dans les services publics, la surveillance aux abords des écoles, l'entretien des espaces publics... alors l'État doit créer de vrais emplois, ce qui fera diminuer le nombre d'allocataires du RSA et constituera un véritable marchepied pour l'emploi !

Les exonérations d'impôts que multiplie le gouvernement pour les plus aisés à travers les différentes niches fiscales permettent à une minorité de s'accaparer sans faire de bruit les richesses produites par les travailleurs. Les véritables assistés sont ceux qui, bien que riches, échappent à l'impôt !

Plutôt que les aides sociales, le Parti de Gauche propose de plafonner les hauts revenus, à commencer par celui de Laurent Wauquiez !

Mardi, 8 mars 2011

Question au gouvernement : égalité professionnelle

11.03.05-manif_femmes-JLO-8.JPG Comme annoncé dans le billet annonçant la manif de samedi, les députés communistes, républicains, citoyens et du Parti de Gauche ont déposé aujourd'hui une proposition de loi visant à garantir l'égalité de rémunération entre les femmes et les hommes. Vous pouvez la télécharger en cliquant sur ce lien.

En ce 8 mars, lors des questions au gouvernement, j'ai tenu à saluer les femmes en lutte dans le monde. Et aussi à revenir sur cette question des inégalités salariales : l'obligation de moyens ayant fait la preuve de son insuffisance, il est plus que temps de passer à l'obligation de résultats - c'est l'objet de notre proposition de loi. Vous pouvez regarder dans la vidéo ci-dessous ma question au Premier ministre et la réponse de Roselyne Bachelot.





Si vous préférez la version écrite, le texte est en fin de billet.

Lire la suite...

- page 1 de 2