Tag - sans-papiers

Fil des billets - Fil des commentaires

Mercredi, 9 mars 2011

Loi Besson : jusqu'où l'escalade ?

J'avais déjà noté dans un billet publié ici que la course de l'UMP derrière les Le Pen s'intensifiait, à l'occasion des débats sur la loi "Besson", nième texte anti-immigrés de ce gouvernement.

Hier, je suis intervenue en discussion générale contre ce projet de loi, qui revient à l'Assemblée en deuxième lecture. Aujourd'hui à 18h30, je rejoindrai mes camarades du PG dans le rassemblement de protestation qui se tiendra place Édouard Herriot, à côté du Palais Bourbon.

Voici la vidéo des débats.





Vous pouvez télécharger mon intervention telle que retranscrite dans le compte-rendu officiel des débats en cliquant sur ce lien.

Je signale, parmi tous les sujets d'indignation et de mobilisation que recouvre ce texte, véritable fourre-tout xénophobe, la question des malades étrangers, qui a un écho particulier pour la vice-présidente du groupe d'étude sur le SIDA que je suis aussi. Les associations viennent de monter un site spécifique pour donner de la visibilité à leur campagne unitaire. N'hésitez pas à y prendre informations et matériel militant.

Jeudi, 4 novembre 2010

Budget de la santé : prévention en baisse, inégalités aggravées !

Au Parlement, l'automne est la saison du débat budgétaire. Mardi, c'est le volet "santé" du projet de loi de finances pour 2011 qui était en débat à l'Assemblée. Hors financement de la Sécurité sociale, ce sont les dépenses d'État pour les missions liées à la santé publique qui sont en jeu. Comme pour le financement de la Sécu évoqué dans mon précédent billet, le compte n'y est pas. Et ce débat a donné prétexte aux ultras de l'UMP pour faire passer des amendements scandaleux contre l'Aide médicale d'État, le dispositif qui garantit l'accès aux soins des sans-papiers.

Avant de développer une analyse d'ensemble, je vous livre les deux questions que j'ai posées à la ministre de la Santé (deux minutes autorisées par question !).

Lire la suite...

Jeudi, 7 octobre 2010

Loi Besson : quand Mariani fait du Le Pen

Le projet de loi Besson, dont la première version comprenait déjà de graves régressions, a fait l'objet d'amendements encore pire, pour traduire dans notre arsenal juridique la surenchère xénophobe de Nicolas Sarkozy. Ce texte sert de grand défouloir aux parlementaires UMP les plus proches de l'extrême-droite, dans un concours de surenchère censé traduire leur fidélité à leur maître, et leur efficacité à ratisser les voix du FN.

Membre du groupe de travail sur le SIDA à l'Assemblée, je suis intervenue mardi en faveur de la suppression de l'article 17 ter, qui se traduit par une régression considérable et irresponsable pour les étrangers malades qui ont besoin de soins en France. Je vous propose en téléchargement le communiqué de l'association Aides, ainsi que mon intervention et une sélection d'échanges qui ont suivi. De ce florilège particulièrement inquiétant, je tiens à mettre en exergue ceci :

Cependant, quand je rencontre, dans ma circonscription, des retraités agricoles qui ont travaillé toute leur vie – vous rencontrez très certainement les mêmes personnes dans votre propre circonscription – et à qui la sécurité sociale dérembourse déjà des médicaments, je n’ai pas envie d’être obligé de leur annoncer, demain, que l’implosion des dépenses de maladie et l’impossibilité pour la sécurité sociale d’atteindre son équilibre budgétaire nécessitent de nouveaux déremboursements.

Thierry Mariani, député UMP et rapporteur pour ce projet de loi

Chirac nous avait déjà fait le coup "du bruit et de l'odeur" à propos du "travailleur français dans son HLM", voici les "retraités agricoles qui ont travaillé toute leur vie". Décidément, quand cette droite là tente de faire peuple, elle montre tout son mépris en considérant que le peuple ne pourrait entendre d'autre langage que celui du FN.

Pour le communiqué d'Aides, c'est ici.

Pour le compte-rendu des débats, c'est là.

Jeudi, 2 septembre 2010

Motivé-e-s pour cette rentrée !

Le travail parlementaire s'était terminé en juillet par l'examen du projet de loi sur les retraites en commission, avec la perspective du passage en séance dès le début septembre. Les mois de juin et juillet avaient été marqués les rebondissements quasi-quotidiens des affaires Sarkozy-Woerth-Bettencourt, et la mise en lumière des liens unissant sommet de l'UMP et oligarchie financière. La rentrée promettait déjà d'être chaude !

Tentant désespérément de remonter dans les sondages pendant l'été, Sarkozy aura donc aggravé les attaques contre les libertés publiques, par ses déclarations fracassantes sur l'insécurité (manifestement sans résultats très tangibles depuis huit ans qu'il s'agite sur le sujet) et par l'emprunt à l'extrême-droite de la stigmatisation des Roms, des étrangers, des gens du voyage et des Français qui le seraient un peu moins que d'autres. Il confirme là que sa "droite décomplexée", c'est bien celle des années 1930, pas encore contrainte par la honte du régime de Vichy et de la collaboration d'intégrer les valeurs républicaines. Les lois sécuritaires et anti-immigrés déjà programmées promettent une surenchère d'amendements liberticides. Heureusement, même à droite, les républicains commencent enfin à prendre leurs distances... Souhaitons pour notre démocratie qu'ils assument la nécessaire "rupture" avec ce régime !

Septembre sera donc marqué par les mobilisations

Lire la suite...