Tag - traité de Lisbonne

Fil des billets - Fil des commentaires

Mercredi, 22 février 2012

Ratification du Traité MES à l'Assemblée nationale : face à l'Europe austéritaire, on ne s'abstient pas !

Hier, nous avons donc voté contre la modification du traité de Lisbonne et contre le traité instituant le "Mécanisme européen de stabilité". Ce dispositif, indissolublement lié au traité qui devrait être signé début mars, vise à étendre à toute la zone euro les politiques d'austérité qui frappent aujourd'hui la Grèce. Si vous en voulez une analyse précise, je vous renvoie au blog que tient Jean-Luc Mélenchon, en tant qu'eurodéputé, à travers ses articles sur le TSCG, sur le MES et la présente ratification. Pour ou contre, il fallait se prononcer clairement.

Voici mes deux interventions dans les débats d'hier :









Et voici le communiqué que j'ai adressé hier soir à la presse, après le vote.


Ratification du Traité MES à l'Assemblée nationale : face à l'Europe austéritaire, on ne s'abstient pas !

Heureusement que le Front de Gauche a obtenu un scrutin solennel nominal sur la ratification du Traité MES, obligeant ainsi les divers groupes politiques à être présents en séance. S'il n'y avait rien à attendre de la droite, l'abstention du groupe socialiste retire tout crédit à la promesse de renégociation du candidat Hollande sur les nouveaux traités européens. La seule manière pour les Français de résister à l'Europe austéritaire est désormais le vote Front de Gauche aux prochaines élections. Je salue néanmoins les 23 députés socialistes qui ont répondu positivement à l'appel solennel de Jean-Luc Mélenchon, en votant contre le MES.

Lire la suite...

Mardi, 21 décembre 2010

Question au gouvernement sur la modification du traité de Lisbonne

Notre proposition de loi constitutionnelle avait permis de mettre en lumière le projet de "semestre européen", instituant un contrôle a priori sur les budgets nationaux, sur des bases libérales. Pour garantir son entrée en vigueur, le Conseil européen de vendredi dernier a abordé les modifications nécessaires à apporter au traité de Lisbonne.

Ce petit monde étant échaudé par les référendums et constatant la montée de l'opposition des peuples européens à l'idée de payer à la place des banques, c'est une procédure de "modification limitée" qui a été retenue. Dans le droit fil de la défense de notre proposition de loi le 6 décembre, j'ai donc interrogé aujourd'hui le gouvernement sur la méthode choisie. Pas question de les laisser continuer en catimini !

Voici ma question et la réponse de Laurent Wauquiez.





Générateur de miniatures